La 175 et le test de l'occasion

Publié le 08/10/2010 à 12:27, mis à jour le 08/10/2010 à 12:27

La 175 et le test de l'occasion

Publié le 08/10/2010 à 12:27, mis à jour le 08/10/2010 à 12:27

Par René Vézina

Lorsque l'idée d'élargir la 175 (la fameuse " route du parc ") a pris forme, la plupart des gens du Saguenay- Lac-Saint-Jean ont applaudi, mais pas tous. Je me rappelle une étonnante conversation avec un citoyen préoccupé par l'éventualité, selon lui, d'une conséquence inattendue de cette décision réclamée depuis des décennies : oui, on allait permettre un accès plus rapide et plus sécuritaire à la région, mais il serait dorénavant plus facile de la quitter ! On a déjà raconté perdre l'équivalent d'un autocar par jour de Jeannois ou de Saguenéens, souvent des jeunes, déterminés à tenter leur chance plus au sud...


Sur le coup, je m'étais dit : " Quel défaitisme ! " Pour pasticher l'expression, ce citoyen avait le don de transformer une occasion en problème. Son opinion était-elle répandue ? Puis me sont venus en tête bien des noms, de ceux et celles qui s'illustrent dans toutes les sphères d'activité et qui sont précisément issus de la région : des comédiens, des entrepreneurs, des athlètes, des politiciens, des professionnels en tous genres qui font carrière ailleurs tout en demeurant fiers de leur origine.


Ils sont partout ! Avez-vous remarqué ? Au Québec, c'est presqu'un titre de noblesse que de venir du Saguenay ou du Lac. C'est vrai qu'il s'agit là d'un royaume...


On peut alors comprendre cette crainte légitime de voir le flot d'expatriés grandir encore, ce qui suscite au moins deux réflexions.


La première, c'est qu'au-delà de ses immenses richesses naturelles, la première ressource du Saguenay-Lac Saint-Jean est constituée de ses habitants. Têtus, frondeurs autant que fonceurs, pas faciles à intimider. La recette parfaite pour se faire une place au soleil.


La deuxième, c'est que malgré toutes ces qualités, la région doute d'elle-même. Individuellement, les citoyens sont conscients de leurs forces. Collectivement, c'est moins sûr.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le sociofinancement part à la conquête des régions

04/10/2017 | Matthieu Charest

En quête de rayonnement, la plateforme de financement participatif Ulule s’apprête à traverser le Québec.

Vendeur patient et acheteur combatif

Mis à jour le 14/02/2011

Dès son arrivée dans l'entreprise familiale, Groupe Autocar Jeannois, au début des années ...

OPINION Nouvelle patronne, nouveau produit
Mis à jour le 14/02/2011
Un parcours tracé depuis le jeune âge
Mis à jour le 14/02/2011
La roue tourne chez Dumoulin Bicyclettes
Mis à jour le 14/02/2011

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.