Y a-t-il un repreneur dans la salle ?

Publié le 02/04/2011 à 00:20, mis à jour le 08/04/2011 à 15:07

Y a-t-il un repreneur dans la salle ?

Publié le 02/04/2011 à 00:20, mis à jour le 08/04/2011 à 15:07

Par Pierre Théroux

Au Québec, un entrepreneur sur trois passera le flambeau avant la fin de la décennie, appelant une nouvelle génération à prendre les commandes à un rythme jamais vu.


Près de 55 000 entrepreneurs prendront leur retraite d'ici 2018, soit 30,4 % de l'entrepreneuriat québécois, indique une récente étude du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE) portant sur le renouvellement de l'entrepreneuriat. Or, seulement 29 800 nouveaux entrepreneurs se grefferont à l'entrepreneuriat québécois durant cette période.


Plus tôt, la retraite


Le Québec comptera donc 25 200 entrepreneurs de moins, dont une majorité (20 000) quittera entre 2013 et 2018. Le nombre d'entrepreneurs aura ainsi chuté de 180 800 (2008) à 155 600 (2018), en baisse de 13,9 %.


Ce recul s'explique principalement par le peu de nouveaux entrepreneurs âgés de 30 à 39 ans. Cette cohorte générera seulement 5 900 entrepreneurs d'ici 2013, comparativement à 23 400 en Ontario. Autre tendance préoccupante : les entrepreneurs du Québec commencent plus jeunes à se retirer que les autres, dès la quarantaine.


" Le nombre d'entrepreneurs de moins de 45 ans ne cesse de décliner depuis 20 ans au Québec, une situation que l'on s'explique mal pour le moment ", note Sylvain Melançon, conseiller expert PME au MDEIE, coauteur de l'étude, qui présente les premières estimations de l'effet du vieillissement de la population sur l'entrepreneuriat.


Pour pallier la situation, Québec annonçait dans son récent budget la création du Fonds Relève Québec.


Ce fonds, qui sera géré par Investissement Québec, disposera de 50 millions de dollars (M $) provenant du gouvernement (20 M $), du Fonds de solidarité FTQ (10 M $), de Fondaction (10 M $) et de Capital régional et coopératif Desjardins (10 M $). Pour en bénéficier, le repreneur devra être un particulier et investir un minimum de 50 000 $ en mise de fonds. Les sommes prêtées atteindront de 50 000 $ à 200 000 $. Dans le cas où plus d'un repreneur s'associerait pour procéder à l'acquisition d'une entreprise, un montant maximum de 50 000 $ sera alloué par entreprise.


Le dernier budget prévoit aussi l'injection de 10 M $ dans le Fonds local d'investissement (FLI), administré par les CLD, pour renforcer ses actions en matière de relève entrepreneuriale.

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

19/09/2018 | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

19/09/2018 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.