Attirer les entreprises qui veulent fuir les bouchons

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 19/10/2011 à 11:33

Attirer les entreprises qui veulent fuir les bouchons

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 19/10/2011 à 11:33

Par Pierre Théroux

La région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent espère attirer des entreprises qui en ont assez des bouchons de circulation sur les ponts et les autoroutes de Montréal.

Il y a les congestions monstres et répétitives entre Montréal et la Rive-Sud, causées par des ponts qui se désagrègent et seront en réparation pendant encore longtemps. Puis, les constantes perturbations dues aux réparations d'urgence de l'échangeur autoroutier Turcot, en attendant son réaménagement complet. Sans compter les nombreuses artères de Montréal bloquées par divers travaux d'infrastructure !


Les malheurs des uns pourraient toutefois faire le bonheur des autres, en particulier concernant les chantiers routiers de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, une région qui aspire à devenir un important pôle de logistique et de transport.


"Les cônes orange, on va les voir encore pendant les dix prochaines années. Certaines entreprises ont sûrement intérêt à regarder les solutions de rechange", affirme Guy Normandeau, conseiller auprès de la Conférence régionale des élus (CRÉ) Vallée-du-Haut-Saint-Laurent pour le développement de l'industrie du transport et de la logistique.


La région a créé le portail HUB-30, un site d'information dédié notamment aux investisseurs, entrepreneurs et autres promoteurs qui souhaiteraient s'y établir. "Il y a une grande disponibilité de terrains, notamment à l'intersection des autoroutes 15 et 30", souligne M. Normandeau.


L'avantage géographique


Ceinturant la région montréalaise au sud et à l'ouest, cette région montérégienne mise sur son positionnement géographique avantageux pour devenir un important carrefour dans le transport de marchandises.


La Vallée-du-Haut-Saint-Laurent est au coeur des corridors Québec-New York et Québec-Ontario. Elle est traversée par l'autoroute 15 qui mène au poste frontalier de Lacolle, l'un des cinq postes les plus achalandés du pays, et que l'autoroute 87 prolonge dans l'État de New York. Ce tronçon est le plus important corridor québécois d'échanges commerciaux avec les États-Unis.


"Nous sommes stratégiquement très bien situés", souligne d'ailleurs Tracey Raimondo, vice-présidente logistique de Normandin Transit, une entreprise de transport située à Napierville, dont la flotte de plus de 250 véhicules traverse fréquemment la frontière. L'entreprise compte depuis cinq ans sur des remorques réfrigérées pour mieux desservir les producteurs maraîchers de la région.


Liens autoroutiers


Sur la rive nord du fleuve, l'autoroute 20 traverse la MRC Vaudreuil-Soulanges en combinaison avec l'autoroute 40, et se relie aux autoroutes 417, qui mène vers Ottawa et l'est de l'Ontario, ou 401, vers Toronto et le sud de la même province.


Ce lien autoroutier est non seulement important dans la dynamique du flux commercial Québec-Ontario, mais aussi à destination du Mid West américain. Le CP projette d'ailleurs d'aménager un important complexe intermodal dans la municipalité des Cèdres. Les travaux de construction doivent s'amorcer en 2012 et dureront quatre ans. Enfin, les autoroutes 10 et 30 quadrillent aussi le territoire.


Bref, on estime que 85 % des échanges commerciaux du Québec avec le reste de l'Amérique du Nord transitent par la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent.


"Nous avons cet avantage depuis longtemps, plusieurs entreprises l'ont déjà compris, mais le moment est propice pour le mettre davantage en valeur", dit Louis Lacroix, directeur de projet Plateforme en logistique et transport au CLD de Roussillon.


Parachèvement de l'autoroute 30


Le prolongement de l'autoroute 30, longtemps attendu, ouvre ainsi de nouvelles occasions de développement. "C'était la pièce manquante, celle qui permettra finalement de contourner Montréal et qui facilitera les échanges avec les États-Unis et Montréal", souligne Guy Normandeau.


"On va gagner du temps et épargner de l'argent", se réjouit Mme Raimondo, dont l'entreprise de transport n'aura plus à faire des détours par le pont Mercier.


Même son de cloche chez Fenplast, dont "les camions de livraison partent à 4 heures du matin pour éviter les congestions matinales. L'ouverture de la 30 va faciliter le transport vers l'Ontario et l'Abitibi", dit Jean Marchand, président de cette entreprise de portes et fenêtres de Delson.


La MRC de Roussillon, qui englobe notamment les villes de Châteauguay, Saint-Constant et Candiac, souhaite profiter de ce nouveau lien autoroutier pour y attirer des entreprises. "Nous avons de plus en plus de demandes d'information de la part d'entreprises qui veulent s'installer en périphérie, certaines mêmes de l'extérieur du Québec", souligne M. Lacroix.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

Bitcoin: «les spéculateurs quittent le navire»

11:20 | LesAffaires.com et AFP

La cryptomonnaie dégringole ce mercredi et passe sous les 10000 $US pour la 1ère fois depuis début décembre.

Taux: 5 choses à retenir de la stratégie de la Banque du Canada

Il y a 42 minutes | lesaffaires.com

Les jeux ne sont pas encore faits comme certains le pensent pour les futures hausses de taux.

La Banque du Canada hausse son taux directeur à 1,25%

L’incertitude entourant l’avenir de l’ALÉNA brouille les perspectives économiques.