Rona aussi a son camp des recrues

Publié le 17/09/2011 à 00:00, mis à jour le 23/09/2011 à 16:48

Rona aussi a son camp des recrues

Publié le 17/09/2011 à 00:00, mis à jour le 23/09/2011 à 16:48

Par Dominique Froment

Simon Legault, son frère Vincent, Marie-Pierre Breton et Audrey Archambault entourent Robert Dutton, président et chef de la direction de Rona. [Photo : Steve Mercier]

Soixante jeunes Canadiens représentant l'avenir de Rona se sont réunis à Montréal pendant quatre jours et demi au début de septembre.


Une activité que Robert Dutton, président et chef de la direction, prend très au sérieux. Assez pour y consacrer... quatre jours et demi !


"Quatre jours et demi pour bâtir l'avenir, ce n'est pas exagéré, lance M. Dutton. Un événement comme celui-ci crée un sentiment d'appartenance à un groupe. Les jeunes qui sont ici se rendent compte qu'ils ne sont pas seuls, qu'ils ont tous les mêmes ambitions."


"C'est la troisième année que nous tenons ce camp, et les deux premiers camps ont généré des investissements de 50 millions de dollars de la part des jeunes et de leurs parents", ajoute M. Dutton, lui-même fils d'un marchand Rona de Laval.


Simon Legault, 29 ans, et son frère Vincent, 25 ans, fils de propriétaires de quelques quincailleries Rona dans la région de Montréal, ont décidé d'ouvrir leur propre magasin ensemble après avoir assisté aux deux premiers camps. "Nous venons chercher un coaching personnel pour nous améliorer en vue de notre nouveau commerce", explique Simon.


"C'est en revenant du premier camp que j'ai décidé d'ouvrir un magasin, actuellement en construction", lance Marie-Pierre Breton, 25 ans, de Saint-Augustin-de-Desmaures.


"Aucune firme de recherche ne pourra me fournir les informations que je vais recueillir en vivant plus de quatre jours avec ces jeunes", estime M. Dutton.


Après le premier camp, en 2009, Rona a mis sur pied son Fonds de la succession dans lequel la chaîne injectera 10 millions de dollars sur 10 ans avec des partenaires pour financer le transfert de magasins à la nouvelle génération.


Rona offre aussi un programme de formation destiné aux jeunes et un programme de mentorat pour faciliter le transfert des connaissances. "Quand les jeunes arrivent à l'étape du financement, nous leur fournissons tout l'encadrement voulu. Mais le camp, c'est pour réfléchir à l'avenir", précise M. Dutton.


Quatre jours et demi bien remplis


Des 60 jeunes invités, 40 sont des fils et des filles de marchands, âgés de 20 à 35 ans, engagés dans l'entreprise familiale. Dix d'entre eux font partie de la "relève d'entreprise" et dix autres ont été sélectionnés par le siège social. Peu importe d'où ils viennent, ils ont tous logé à l'Hôtel Nelligan, dans le Vieux-Montréal.


Le processus a commencé six mois plus tôt. "Ils ont tous passé un test psychométrique pour mieux se connaître, explique Philippe Krivicky, directeur principal, stratégies d'affaires émergentes. Et ils ont été suivis par un coach personnel qui les a aidés à construire leur plan personnel."


Réuni dans un ancien immeuble industriel, le groupe ne comprend aucun conseiller financier ou fiscaliste : tout est orienté sur la créativité et la connaissance de soi.


Le jour 1 est réservé à l'enterrement des idées qui ont fait leur temps dans le commerce de détail.


Le jour 2 est consacré aux tendances et aux nouveaux concepts. En soirée, à l'hôtel, les jeunes ont entendu 11 leaders du milieu des affaires.


La nuit suivante, ils ont été surpris dans leur sommeil. Aucun ne se doutait qu'il serait tiré du lit à 3 heures du matin pour prendre l'avion pour New York, où ils ont pu visiter des commerces au concept avant-gardiste. Retour le soir même.


Jour 4 : visite au Musée d'art contemporain de Montréal, fermé au public pour l'occasion, pour une séance de réflexion sur leur plan de développement personnel, devant une oeuvre de leur choix.


Samedi matin, au jour 5, petit-déjeuner avec M. Dutton où chacun parle de son moment fort.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Un jeune entrepreneur souhaite encourager la relève à visiter l'Europe

Édition du 22 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

La brasserie La Chouape, de Saint-Félicien, et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) lancent un ...

Brault & Martineau: la fille du fondateur devient présidente

Marie-Berthe Des Groseillers prend le relais de son père au moment où le détaillant est au coeur d'une refonte majeure.

OPINION Rien à perdre, tout à apprendre
Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne
Gagner au change ?
Édition du 25 Novembre 2017 | Julie Cailliau
Une histoire de confiance sur trois générations
Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.