Un biopôle spécialisé

Publié le 29/10/2011 à 00:00, mis à jour le 28/10/2011 à 14:50

Un biopôle spécialisé

Publié le 29/10/2011 à 00:00, mis à jour le 28/10/2011 à 14:50

Les bonnes nouvelles pleuvent sur le Biopôle de Laval. Ce phare de l'économie scientifique composé de 85 entreprises a attiré des investissements de 184,5 millions de dollars (M$) en 2010, soit 44,2 % du total des investissements industriels dans la région.


«Le dynamisme du secteur est sans équivoque. On n'a pas eu de pertes majeures de grandes pharmas ou d'emplois, malgré la crise. Par ailleurs, de nombreuses transactions ont eu lieu récemment avec, comme résultats, la poursuite des investissements ainsi que la conservation et la création d'emplois», souligne Samir Mounir, directeur de la Cité de la Biotech, installée au coeur du Biopôle.


Vertex, une firme de Boston qui a fait l'acquisition de Virochem Pharma en 2009, procède à l'agrandissement de son établissement de R-D à Laval en plus d'accroître ses équipes commerciales et médicales pour appuyer de futurs lancements au Canada. Valeant Pharmaceuticals, qui a acquis au cours de l'été la division en dermatologie de Sanofi, conservera les 200 emplois. L'entreprise songe même à y déménager son siège social.


«Les chefs de file, Bio-K, Glaxo, Valeant, Roche, Sanofi, Boehringer, Paladin, viennent s'installer à Laval, parce qu'ils y ont accès à d'autres acteurs avec lesquels ils peuvent faire des affaires dans un haut lieu du savoir», dit M. Mounir. Le Biopôle suscite l'intérêt à l'étranger. En avril, la visite d'une importante délégation de Leningrad, en Russie, a servi à établir les bases d'une coopération avec des entreprises et des universités.


Soutenir les nouvelles entreprises


Le savoir-faire scientifique réuni à l'intérieur du Biopôle ouvre la voie à de nouvelles entreprises, grâce au Centre québécois d'innovation en biotechnologie (CQIB). Depuis sa création, il y a 15 ans, cette pépinière a contribué au démarrage de 36 entreprises, créant 714 emplois. «Le secret, c'est la spécialisation. On s'est entourés de partenaires qui proviennent tous du secteur. Cela a une grande valeur pour les entreprises qui démarrent chez nous», indique Normand De Montigny, directeur général du CQIB.


Genia Photonics vient de faire son entrée au CQIB. Cette PME développe et fabrique une technologie de laser pour diagnostiquer et traiter les cellules cancéreuses. D'autres applications dans les domaines industriel et de la défense sont également développées. Autre nouvelle venue, Nexplasmagen, créée par une jeune chercheuse de McGill, est en préincubation. Le CQIB aide l'entreprise à trouver des investisseurs et à négocier la propriété intellectuelle avec l'Université.


«La difficulté sera de percer le milieu hospitalier. Le CQIB travaille à une nouvelle approche visant à trouver des développeurs, c'est-à-dire des médecins cliniciens qui testeront ces produits. On souhaite annoncer un programme au début de 2012», dit M. De Montigny.


5 000 Emplois générés par le Biopôle de Laval. Source : Laval Technopole


44 % Pourcentage des investissements industriels dans la région de Laval attribuables à la présence du Biopôle. Source : Laval Technopole

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

À la une

Oubliez la Turquie, la Chine importe bien plus

BLOGUE. Un dollar fort et une escalade des tarifs pourraient déclencher une réaction en chaîne.

Shopify interdit la vente de certaines armes à feu

La vente de lance-grenades, de lance-roquettes et d'autres pièces détachées et accessoires est aussi interdite.

Cette fintech éclipse les géants bancaires

10:40 | LesAffaires.com et AFP

Wirecard pèse désormais plus que Deutsche Bank et pourrait remplacer Commerzbank au sein de l'indice vedette allemand.