Des nouvelles qui font jaser

Publié le 29/10/2011 à 00:00, mis à jour le 28/10/2011 à 14:49

Des nouvelles qui font jaser

Publié le 29/10/2011 à 00:00, mis à jour le 28/10/2011 à 14:49

La présence du nouveau campus de l'Université de Montréal à Laval devrait contribuer à solutionner la pénurie de main-d'oeuvre dans les secteurs spécialisés comme la santé.

1 Cap sur la croissance !


Des 3 000 emplois créés bon an mal an à Laval, la moitié revient à la croissance des entreprises. «L'autre moitié provient de l'arrivée de nouvelles entreprises sur le territoire. Cette année, nous en avons accueilli une trentaine, ce qui se compare à 2010», souligne Pierre Desroches, président-directeur général de Laval Technopole.


Plusieurs acteurs importants sont arrivés récemment. La société française Latécoère, un important sous-traitant de Bombardier qui fabrique des portes d'avion, a annoncé en septembre l'implantation en sol lavallois d'une filiale d'ingénierie, Latécis Canada. Cette entreprise emploiera une centaine d'ingénieurs et de techniciens d'ici quatre ans. Le nouveau centre d'ingénierie a actuellement une quarantaine d'employés, dont la majorité provient du siège social de Toulouse. Ils seront graduellement remplacés par de la main-d'oeuvre québécoise.


L'an dernier, le fabricant d'équipements aéronautiques suisse Liebherr avait annoncé l'agrandissement de ses installations de Laval pour réaliser l'assemblage et les tests du train d'atterrissage qui équipera les appareils de la CSeries de Bombardier. L'investissement de 8 millions de dollars (M$) entraînera l'embauche de 35 personnes au cours des prochaines années.


2 Ça roule pour le pont de la 25 !


Le nouveau pont de la 25, construit au coût de 500 M$, a accueilli ses premiers véhicules en mai. Ce pont à péage permet aux automobilistes de Laval et aux transporteurs de marchandises de rejoindre l'est de Montréal et la Montérégie sans avoir à emprunter l'autoroute métropolitaine. «L'arrivée du pont est bénéfique pour les entreprises, notamment celles qui ont des centres de distribution», précise M. Desroches. Comme Kruger, qui a investi 20 M$ dans un centre de distribution à Laval, et Novexco, grossiste en produits de bureaux, qui a injecté 17 M$ pour sa relocalisation dans le parc industriel de l'autoroute 25.


3 Rassemblement de cerveaux à la Cité de la Biotech


En mai 2012, l'élite de la recherche mondiale se réunira à Laval, qui accueillera un des plus importants symposiums scientifiques et d'affaires. Cet événement de deux jours, organisé dans le cadre du 10e anniversaire de la Cité de la Biotech, rassemblera plus de 400 délégués sur le nouveau campus de l'Université de Montréal.


«Des chercheurs de réputation internationale viendront nous éclairer sur les plus récentes avancées scientifiques, les pistes des innovations et des nouvelles tendances en gestion, les stratégies d'affaires et le financement d'entreprise», souligne Samir Mounir, directeur de la Cité de la Biotech. Ce parc scientifique et de haute technologie est né du partenariat entre Laval Technopole et l'Institut national de recherche scientifique (INRS). Biochem Pharma, le plus grand succès des biotechnologies au Canada, est une entreprise dérivée de l'Institut Armand-Frappier, aujourd'hui l'INRS.


4 Du laboratoire au marché


Plus d'entreprises en sciences de la vie et en technologies de la santé pourraient voir le jour à l'avenir grâce à un partenariat unique entre la recherche et l'entrepreneuriat. Une importante entente de collaboration a vu le jour début octobre afin de favoriser la commercialisation des technologies issues de la recherche universitaire. La société de valorisation Univalor, liée à l'Université de Montréal, se chargera de sélectionner des projets de recherche porteurs d'applications commerciales. Ces entreprises dérivées bénéficieront par la suite de l'appui du Centre québécois d'innovation en biotechnologie (CQIB). Accompagnement intensif au démarrage, services conseils et d'aide au financement : aucun effort ne sera épargné pour en faire des entreprises à succès. «Cette entente devrait générer plus de créations d'entreprises de la part de l'Université de Montréal», estime Normand de Montigny, directeur général du CQIB.


Univalor a pour mission d'accélérer le transfert à l'industrie des résultats de la recherche effectuée par les chercheurs de l'Université de Montréal, de ses écoles et de la plupart de ses centres hospitaliers affiliés, servant une communauté de plus de 2 000 chercheurs.


5 Nouveau campus à Laval


Un des grands défis des prochaines années est le renouvellement de la main-d'oeuvre, surtout dans les secteurs spécialisés. Le nouveau campus de l'Université de Montréal inauguré il y a quelques semaines à Laval devrait permettre d'y répondre en partie. Ce pôle d'excellence en santé, en éducation et en intervention psychosociale situé au centre-ville de Laval accueille déjà 2 500 élèves au sein de ses 37 programmes de premier et deuxième cycles. Et on prévoit qu'en 2015, le campus accueillera 6 000 étudiants. «Comme l'économie du savoir est très présente ici, principalement dans les biotechnologies et les technologies de l'information, la formation est prioritaire pour l'ensemble des acteurs de la région», mentionne Robert Lefebvre, président du Centre local de développement de Laval.


70 Chiffre d'affaires, en millions de dollars, généré par le Centre québécois d'innovation en biotechnologie (CQIB) depuis sa création, il y a 15 ans. Source : CQIB

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

À la une

Pourquoi j'investis dans une campagne de financement participatif

Il y a 9 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. Voici l'histoire d'une des 4 campagnes québécoises de financement participatif en capital, Hardbacon.

Rogers épate, mais son action avait déjà prévu le coup

Il y a 7 minutes | Dominique Beauchamp

L'action de Rogers avait devancé les bons résultats, Ce sont les perspectives inchangées qui surprennent.

À surveiller: Alphabet, Intertape Polymer et Alcoa

Que faire avec les titres d'Alphabet, Intertape Polymer et Alcoa?