Heureux avec ses pneus

Publié le 23/04/2011 à 00:10, mis à jour le 31/05/2011 à 10:52

Heureux avec ses pneus

Publié le 23/04/2011 à 00:10, mis à jour le 31/05/2011 à 10:52

Daniel Marleau, de Pneus Lanoraie [Photo : Gilles Delisle]

Depuis deux ans, Daniel Marleau est propriétaire de Pneus Lanoraie, spécialisée dans le rechapage et la réparation de gros pneus. Son plus grand défi a été de trouver une entreprise à acheter : il lui a fallu un an. " Une fois qu'on veut faire le saut, c'est là qu'on tombe dans le vide. Il faut faire des appels à froid. Ce n'est pas évident de prouver qu'on a une mise de fonds, qu'on est sérieux et qu'on est prêt à aller jusqu'au bout du processus. "


L'ancien directeur chez Bell Canada était à la recherche d'une PME manufacturière d'une quinzaine d'employés, possédant une clientèle bien établie. Il a approché des comptables, des Centres locaux de développement, des directeurs de comptes dans des banques et fait des dizaines de sollicitations à partir de la banque de données des entreprises manufacturières de l'ICRIQ.


Grâce au Fonds


C'est finalement par l'intermédiaire du Fonds de Solidarité de la FTQ, qui avait entendu dire que le propriétaire de l'entreprise de Lanoraie était à la recherche d'une relève, que le jeune ingénieur électricien s'est lancé dans l'aventure entrepreneuriale. Le processus a démarré par une première rencontre avec le propriétaire, André St-Jean, et une visite des lieux.


" Je ne connaissais rien aux pneus. Mais toute la partie génie civil se rapportant aux machines et aux processus m'intéressait beaucoup ", dit le jeune homme de 33 ans. Les négociations se sont enclenchées avec tout ce que cela implique : lettre d'intention, évaluation de la valeur de l'entreprise, vérification diligente, etc.


L'ancien propriétaire est demeuré un an dans l'entreprise. " Je m'étais fait un plan de match sur ce que j'avais besoin de savoir. Je m'asseyais avec lui et je lui posais mes questions. Il fallait que j'apprenne vite et que je m'assure que l'entreprise continue de rouler après son départ. En ce qui me concerne, un an était suffisant pour apprendre les rouages. Je me suis aussi beaucoup appuyé sur l'expérience de l'équipe en place.


Approche régionale


Afin de soutenir les entrepreneurs lanaudois qui s'apprêtent à passer le flambeau, Lanaudière Économique a lancé en mars sa Stratégie régionale concertée. L'objectif est d'assurer les emplois locaux et de conserver les entreprises dans la région, mais aussi de créer une banque régionale de repreneurs.


Une première cohorte de douze entreprises, principalement manufacturières, a été rassemblée. Au cours des prochains mois, cédants et repreneurs assisteront à des ateliers de formation sur les étapes à suivre pour réussir un transfert.


Les participants pourront par la suite bénéficier d'accompagnement en entreprise. À cela s'ajoutent la mise en place d'activités de sensibilisation sur l'importance d'avoir un plan de transfert et une formation commune sur la relève pour tous les acteurs du développement économique de Lanaudière.


" C'est en misant sur la relève que nous pourrons conserver tout le potentiel économique de Lanaudière ", souligne Jean-François Dupuis, coordonnateur de l'organisme.


Pour Claude Robichaud, directeur général du Centre local de développement Les Moulins, qui couvre le territoire des municipalités de Terrebonne et Mascouche, la relève est une préoccupation de longue date. " Avec la nouvelle stratégie, nous nous transportons sur la plateforme régionale pour en accroître la portée, la masse critique et la possibilité de recruter des participants. "

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Brault & Martineau: la fille du fondateur devient présidente

Marie-Berthe Des Groseillers prend le relais de son père au moment où le détaillant est au coeur d'une refonte majeure.

Rien à perdre, tout à apprendre

Édition du 09 Décembre 2017 | Jean-François Venne

Le gouvernement québécois a beaucoup mis l'accent sur la promotion de l'entrepreneuriat auprès des jeunes ces ...

OPINION Gagner au change ?
Édition du 25 Novembre 2017 | Julie Cailliau
Une histoire de confiance sur trois générations
Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest
Savaria de père en fils
Édition du 21 Octobre 2017 | Denis Lalonde

À la une

Pourquoi j'investis dans une campagne de financement participatif

Il y a 11 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. Voici l'histoire d'une des 4 campagnes québécoises de financement participatif en capital, Hardbacon.

Rogers épate, mais son action avait déjà prévu le coup

Il y a 9 minutes | Dominique Beauchamp

L'action de Rogers avait devancé les bons résultats, Ce sont les perspectives inchangées qui surprennent.

À surveiller: Alphabet, Intertape Polymer et Alcoa

Que faire avec les titres d'Alphabet, Intertape Polymer et Alcoa?