De la pénurie d'emplois... à la pénurie de main-d'oeuvre !

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 23/09/2010 à 15:57

De la pénurie d'emplois... à la pénurie de main-d'oeuvre !

Publié le 25/09/2010 à 00:00, mis à jour le 23/09/2010 à 15:57

Par Claudine Hébert

Plus de 8 000 postes seront à pourvoir en Gaspésie au cours des quatre prochaines années, surtout en raison des départs à la retraite, selon Emploi-Québec. " Nous sommes passés de la pénurie d'emplois... à une pénurie de main-d'oeuvre ", dit Marc Groleau, directeur de l'organisme pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.


M. Groleau rappelle que sa région part de très loin. " Non seulement la Gaspésie guérit ses plaies, mais la guérison lui donne une toute nouvelle vigueur ", note-t-il.


La région affiche peut-être encore les pires statistiques de la province en matière de chômage et de revenus, mais la péninsule a amorcé sa remontée.


Ce n'est pas encore tout à fait le temps des ballons et de la fanfare. N'empêche que les indices économiques en donnent un avant-goût. À commencer par le taux de chômage annuel qui diminue sensiblement depuis trois ans. Il est passé de 17,3 %, en 2008, à 15,6 %, à la fin de 2009. " Et le taux annuel de 2010 pourrait bien clôturer tout près de 14 % ", souligne l'économiste Faoziat Akanni du bureau régional d'Emploi-Québec de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.


Même le porte-monnaie des Gaspésiens s'épaissit. Depuis 2007, le revenu personnel disponible par habitant franchit la barre des 20 000 $ par an. Aux dernières statistiques, il se situait à 21 022 $. Bien que ce montant soit inférieur de 18 % à celui du Québec, il s'agit néanmoins de la troisième hausse d'affilée.


Et les bonnes nouvelles continuent. La région compte actuellement 34 000 emplois. " Il faut retourner à la fin des années 1980 pour obtenir une donnée semblable ", rapporte M. Groleau.


Épargné par la récente récession, le territoire gaspésien a profité d'un dynamisme attribuable à son économie diversifiée. Les pertes d'emplois liées aux fermetures d'industries lourdes se résorbent. " L'éolien a généré plus de 500 emplois, idem pour la création des centres d'appels. Même la pêche a diversifié ses activités, ce qui a eu pour résultat d'allonger les saisons des travailleurs, en plus de créer une centaine d'emplois ", énumère-t-il.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le sociofinancement part à la conquête des régions

04/10/2017 | Matthieu Charest

En quête de rayonnement, la plateforme de financement participatif Ulule s’apprête à traverser le Québec.

Vendeur patient et acheteur combatif

Mis à jour le 14/02/2011

Dès son arrivée dans l'entreprise familiale, Groupe Autocar Jeannois, au début des années ...

OPINION Nouvelle patronne, nouveau produit
Mis à jour le 14/02/2011
Un parcours tracé depuis le jeune âge
Mis à jour le 14/02/2011
La roue tourne chez Dumoulin Bicyclettes
Mis à jour le 14/02/2011

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.