Développer l'économie du savoir

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Développer l'économie du savoir

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Par Claudine Hébert

La structure de Chaudière-Appalaches est régulièrement citée en exemple pour sa diversification. Pour l'audace de ses entrepreneurs aussi. Ce qui l'est moins : la sous-scolarisation de sa population.


Plus de la moitié des plus de 20 ans n'ont pas franchi le cap du cinquième secondaire. Et à peine 13 % des plus de 20 ans ont fait des études universitaires. Les salaires s'en ressentent, évidemment.


" La région est plus vulnérable aux fluctuations économiques en raison de l'économie du savoir qui y est peu développée ", constate Laurent Lampron, directeur de la CRE Chaudière-Appalaches. Cette situation est en partie attribuable à l'absence d'un réseau universitaire local.


Miser sur la R-D et l'immigration


La création et le développement de structures en R-D font partie des actions mises de l'avant. " En cinq ans, l'emploi en recherche industrielle a plus que doublé, passant de moins de 500 à plus de 1000 ", fait remarquer Normand Giguère, du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation du Québec.


Bien qu'il salue la présence des centres collégiaux de transferts technologiques et l'arrivée de campus (UQAR, ETS, Université Laval), M. Lampron soutient que cette faible économie du savoir favorise la migration des jeunes vers d'autres villes.


Cette migration contribue au vieillissement prématuré de la population. Bien qu'elle affiche le 4e taux le plus élevé de fécondité de la province, la population de Chaudière-Appalaches vieillit plus rapidement que la moyenne du Québec. " D'où une diminution de la population en âge de travailler ", fait remarquer Dominique Bois, économiste d'Emploi-Québec, région de Chaudière-Appalaches.


L'immigration figure aussi au nombre des solutions. Le Conference Board du Canada aurait d'ailleurs indiqué dans une étude sur les villes canadiennes que Lévis se classait bonne première au Québec pour son pouvoir d'attraction auprès des travailleurs et des immigrants.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Immobilier: la densification s'accélère dans les grandes villes de la province

05/12/2018 | Martin Jolicoeur

L'APCHQ observe une forte hausse des constructions d'immeubles de sept étages et plus.

Immobilier: vers un record de tous les temps en 2018

20/11/2018 | Martin Jolicoeur

Contrairement au reste du pays, le marché résidentiel ne dérougit pas au Québec. Bien au contraire.

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

16:11 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Immobilier: Ivanhoé Cambridge et Claridge reconduisent leur partenariat

Nouvelle enveloppe de 100M$ pour des participations dans des projets immobiliers de Montréal et Québec.