Être agriculteur... à temps partiel

Publié le 30/04/2011 à 00:00, mis à jour le 06/05/2011 à 13:20

Être agriculteur... à temps partiel

Publié le 30/04/2011 à 00:00, mis à jour le 06/05/2011 à 13:20

Par Claudine Hébert

Le Centre-du-Québec fait face à un sérieux défi. Seulement une ferme sur quatre a une relève assurée dans cette région, selon le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ). Pour certaines exploitations, cela veut dire devoir mettre la clé sous la porte, comme la Bergerie Jeannine, à Saint-Rémi-de-Tingwick, qui a cessé ses activités à l'automne 2009, faute d'avoir trouvé un repreneur pour assurer la gestion de son troupeau laitier.


La solution ? " Rendre l'agriculture et le milieu de vie agricole plus sexy ", croit Rick Lavergne, directeur général du CLD de L'Érable. Cette MRC où les zones agricoles comptent pour plus de 95 % du territoire a perdu 2000 habitants, soit 10 % de sa population, depuis 20 ans.


Pour stopper l'exode et repeupler son territoire rural, le CLD compte lancer dès septembre une campagne de charme vantant les mérites de l'agriculture... à temps partiel.


" On en est rendu là ", souligne Luc Couture, directeur régional du MAPAQ Centre-du-Québec. L'agriculture de masse a incité les fermiers à consolider leur exploitation, d'où la diminution du nombre de fermes. Aussi, le coût d'achat très élevé des fermes et le désir de la nouvelle génération de mieux concilier le travail et la vie ont eu aussi un impact. Quoi qu'il en soit, cette concentration d'activités a libéré beaucoup de terres. D'où le besoin de développer une agriculture d'occupation de territoire. " Une agriculture dite à temps partiel, plus diversifiée (maraîchère, fermettes, fromagerie), qui permet d'encourager de plus petites entreprises dont les produits sont recherchés par la population. Un nouveau mode d'agriculture qui nécessite une ouverture de la part de la MRC et des syndicats agricoles, et surtout une meilleure adaptation à la Loi de la protection du territoire et des activités agricoles du Québec ", précise M. Couture qui salue l'initiative du CLD de L'Érable.


L'élément central de cette campagne réside dans la création d'un service d'accompagnement pour faciliter l'accès aux différents programmes et subventions. Selon M. Lavergne, de nombreux organismes soutiennent l'agriculture. L'absence de synergie entre eux et la méconnaissance des programmes d'aide constituent d'énormes freins à la promotion de la vie agricole. Le CLD compte faire de ce service une priorité.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Un géant mondial affamé de croissance en Amérique

BLOGUE. En 2017-2018, le chiffre d’affaires de la multinationale française Bonduelle a grimpé de ...

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.

À la une

Marier croissance et pénurie de main-d'oeuvre

Édition du 10 Novembre 2018 | Jean-François Venne

Fondé en 1976 à Thetford Mines, mais installé à Disraeli depuis 1982, Nutech se spécialise dans l'usinage de ...

Bourse: Wall Street plonge à la clôture

Mis à jour le 12/11/2018 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les grands coupables de ce recul sont Apple et Goldman Sachs.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

12/11/2018 | LesAffaires.com et AFP

«Les facteurs baissiers sont nombreux.»