Cinq questions à Pierre-André Julien sur le Centre-du-Québec

Publié le 10/05/2010 à 10:16

Cinq questions à Pierre-André Julien sur le Centre-du-Québec

Publié le 10/05/2010 à 10:16

Professeur émérite à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Pierre-André Julien a étudié de près le monde de l'entrepreneuriat. Il a publié d'importants ouvrages tels Entrepreneuriat régional et économie de la connaissance (Presses de l'Université du Québec, 2005) et Les PME à forte croissance : l'exemple de 17 gazelles dans 8 régions du Québec (Presses de l'Université du Québec, 2002).


Leaffaires.com : La Mauricie et le Centre-du-Québec sont contigus. Pourtant, la différence entre les deux est énorme. Pourquoi ?


Pierre-André Julien : La Mauricie vit encore à l'heure des grandes entreprises. Celles-ci drainent les énergies. Ceux qui pourraient être entrepreneurs deviennent des cadres. Et les employés ont les yeux tournés vers ces grandes entreprises qui paient mieux que les PME. Dans le Centre-du-Québec, dans les années 1960 et 1970, la grande entreprise était concentrée dans le textile et le vêtement, des secteurs qui exigeaient peu d'encadrement et qui payaient mal. De nouvelles entreprises s'y sont créées bien avant leur déclin.


Le Centre-du-Québec remplacera-t-il la Beauce en tant que pépinière d'entreprises ?


P-A J. : La Beauce reste très importante. Mais c'est bien au Centre-du-Québec, en Beauce et en Estrie que se trouvent les entreprises qui croissent le plus rapidement et qui attirent les services-conseils les plus dynamiques.


Contrairement à la Beauce, la sous-traitance ne semble pas être le moteur du Centre-du-Québec.


P-A J. : En effet. On voit plutôt de solides entreprises de taille moyenne, comme CVTech et Marmen, extrêmement dynamiques et qui entraînent les autres par leur exemple, et non par la sous-traitance.


Le Centre-du-Québec est-il suffisamment novateur ?


P-A J. : Plus on multiplie les contacts et les réseaux, plus on multiplie les chances d'avoir de bonnes idées. C'est à Drummondville que le Groupement des chefs d'entreprise du Québec a son siège social, et c'est significatif. Car le Groupement donne l'occasion d'échanger et de s'informer. Et l'Institut de recherche sur les PME de mon université dispose, à Drummondville, d'un bureau où l'on fait de la formation et de la recherche. La soif de connaissances est là.


Être à mi-chemin de Montréal et de Québec constitue-t-il un avantage ou un inconvénient ?


P-A J. : Puisque les entreprises du Centre-du-Québec sont près des grands centres, elles peuvent être tentées d'aller y chercher les services dont elles ont besoin. Ce qui serait une erreur puisque les sociétés de services, de Montréal ou de Québec, comprennent mal les réalités des régions. Et ce, même quand on parle de régions centrales comme le Centre-du-Québec !

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une: Duvernois, l'entrepreneur qui pétille

Édition du 08 Décembre 2018 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Nicolas Duvernois, l'entrepreneur qui pétille.

Unsplash, la banque d'images nouveau genre

Édition du 12 Janvier 2019 | Catherine Charron

Blasé de ne pas trouver l'image idéale pour enjoliver son nouveau site web, un trio d'entrepreneurs de Montréal ...

À la une

La Bourse démarre en lion, trop tôt pour fêter?

Mis à jour le 19/01/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Robots et espoirs soulèvent les cours, mais une remontée des taux guette si une reprise se confirmait.

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

19/01/2019 | François Normand

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

19/01/2019 | François Pouliot

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.