L'air vivifiant du fleuve et des sapins

Publié le 18/09/2010 à 00:00, mis à jour le 16/09/2010 à 14:43

L'air vivifiant du fleuve et des sapins

Publié le 18/09/2010 à 00:00, mis à jour le 16/09/2010 à 14:43

Par René Vézina

Certaines régions font preuve d'assurance. Elles connaissent leurs forces et leur pouvoir d'attraction. D'autres sont moins sûres d'elles. Malgré tous leurs atouts, on sent qu'elles sont portées vers les interrogations existentielles.


C'est ce qu'on ressent en parcourant le Bas-Saint-Laurent.


Que voulez-vous ? Historiquement, c'était la région qu'on traversait à toute vitesse pour se rendre en Gaspésie. Le prolongement de l'autoroute 20 jusqu'à Cacouna a d'ailleurs plongé les beaux villages de la région de Kamouraska dans un état de torpeur pendant une vingtaine d'années, puisqu'on n'avait plus besoin de les traverser.


Puis, des visiteurs plus curieux, ou moins pressés, se sont rendu compte que la douceur de ses paysages valait bien ceux, plus rugueux, de la Gaspésie. Et le Bas-Saint-Laurent a peu à peu révélé ses attraits cachés : les couchers de soleil sur le fleuve; l'originalité de sa production agroalimentaire; la richesse de son écosystème marin; les villages de l'arrière-pays. Sans compter les villes qui, comme Rimouski ou Rivière-du-Loup, ont su marier différentes vocations pour se réinventer.


Rimouski a fait éclater son statut de ville institutionnelle - université, cégep, hôpital - grâce à de nouvelles industries. Rivière-du-Loup opère également une heureuse reconversion : l'usine F.F. Soucy a déjà connu des jours meilleurs, à l'image de toute l'industrie papetière, mais la ville a vu éclore de nombreux nouveaux projets, au point où la Fondation de l'entrepreneurship l'a reconnue " communauté modèle de la culture entrepreneuriale ".


Les temps ont bien changé : je me souviens de l'époque où les rêves de croissance reposaient essentiellement sur le port de Gros-Cacouna, qui devait servir à dynamiser l'économie régionale. On a fini par l'aménager, ce port, mais les citoyens ont compris que la prospérité repose sur des initiatives locales.


Comme tant d'autres personnes, c'est d'abord le fleuve qui me captive; mais il suffit que je me promène à l'intérieur des terres pour découvrir des coins attachants.


Prenez la piste cyclable du Petit-Témis, certainement l'une des plus jolies du Québec, surtout la partie qui longe le lac Témiscouata. Puis embarquez sur le traversier - le Corégone - pour vous rendre sur l'autre rive, à Saint-Juste-du-Lac. Ce village, qui a refusé de se laisser mourir, dans les années 1970,a formé le JAL avec Auclair et Lejeune, deux municipalités voisines.


Ce regroupement, fruit de citoyens déterminés, fait partie de la petite histoire du Québec.


De tels mouvements ont marqué le Bas-du-Fleuve et ont permis de forger un sentiment d'appartenance. De nouveaux défis mettent cependant sa vitalité à l'épreuve : la population vieillit et l'industrie forestière est en déclin. C'est pourtant la forêt qui a longtemps nourri les aspirations de la région. Changer les pratiques et diversifier l'économie sont devenus des enjeux quotidiens.


Ils en ont vu d'autres, les gens d'en bas, et ce n'est pas ce qui va les effaroucher. De toute façon, dans les moments de doute, il suffit d'aller admirer les couchers de soleil à Notre-Dame-du Portage pour se sentir aussi fort que le fleuve lui-même.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Le sociofinancement part à la conquête des régions

04/10/2017 | Matthieu Charest

En quête de rayonnement, la plateforme de financement participatif Ulule s’apprête à traverser le Québec.

Vendeur patient et acheteur combatif

Mis à jour le 14/02/2011

Dès son arrivée dans l'entreprise familiale, Groupe Autocar Jeannois, au début des années ...

OPINION Nouvelle patronne, nouveau produit
Mis à jour le 14/02/2011
Un parcours tracé depuis le jeune âge
Mis à jour le 14/02/2011
La roue tourne chez Dumoulin Bicyclettes
Mis à jour le 14/02/2011

À la une

Metro reprend les rachats d'actions

Après une pause d’un an pour rembourser de la dette, l’épicier relance son programme de rachat d’actions.

Lune Rouge et Reflector Entertainment : «le jeu, c'est bien plus que de la vidéo»

BLOGUE. Guy Laliberté et Alexandre Amancio comptent mêler films, jeux vidéo, bandes dessinées et... votre cerveau!

Bourse : le pire est-il passé?

Il y a 49 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Un stratège de Montréal nous livre ses repères pour le S&P 500, les puces américains et le pétrole canadien.