Branchée sur l'innovation

Publié le 10/10/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 21:37

Branchée sur l'innovation

Publié le 10/10/2010 à 00:00, mis à jour le 13/02/2011 à 21:37

Par Claudine Hébert

Premier Tech

Depuis 10 ans, le Bas-Saint-Laurent a amorcé un virage important. La région, reconnue pour ses ressources naturelles, fait de plus en plus parler d'elle sur le plan de l'innovation. De La Pocatière à Matane, d'Amqui à Cabano, le virage de la valeur ajoutée se vit partout.


Le déclic ? " Nous avons davantage de modèles locaux pour inspirer ce type d'entrepreneuriat ", dit Gilles Gagnon, de la Conférence régionale des élus du Bas-Saint-Laurent.


Premier Tech, qui oeuvre dans le domaine de la tourbe, a été l'un des premiers à utiliser sa ressource pour mettre au point diverses technologies. La récente livraison en Finlande d'une usine intégrée de production et d'emballage de terreaux et substrats de culture, d'une valeur de 6 millions de dollars (M$), constitue un des contrats les plus importants jamais obtenus par l'entreprise de Rivière-du-Loup sur le continent européen.


Bois BSL, à Mont-Joli, qui rachète les résidus de bois pour les transformer en composites, en planchers de bois et en bûches de foyer écologiques, fait un peu oublier les déboires de la crise forestière. L'entreprise, qui vend au Canada et dans le Nord-Est américain, vient d'investir 3 M$ pour s'agrandir.


Le fleuve, qui traverse la région sur plus de 300 km, est devenu un véritable laboratoire, notamment en matière de recherche biomoléculaire et de neutraceutique. " On n'a que 22 pêcheurs de crabe, mais plus de 400 chercheurs maritimes principalement basés à Rimouski ", souligne M. Gagnon.


La région compte plus d'une quinzaine d'établissements d'enseignement et de centres de recherche qui contribuent à positionner le Bas-Saint-Laurent comme un leader en innovation. À La Pocatière, près de 4 M$ sont consacrés au Centre spécialisé de technologie physique du Québec (CSTPQ) pour accroître son expertise d'envergure internationale en soudage laser.


Certes, le Bas-Saint-Laurent peut compter sur de solides modèles. Cependant, on ne développe pas une économie dans le désert. Un sentiment d'appartenance est un facteur indispensable. " Nous avons dans notre cour les plus beaux couchers de soleil, des rivières à saumon, la présence du fleuve, des parcs nationaux... Cela constitue des avantages non négligeables pour stimuler la création ", mentionne M. Gagnon.

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

La Grande détestation

Édition du 23 Février 2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Il y a une triste raison qui explique pourquoi nos belles régions peinent à trouver de la main-d'oeuvre...

Un jeune entrepreneur souhaite encourager la relève à visiter l'Europe

Édition du 22 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

La brasserie La Chouape, de Saint-Félicien, et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) lancent un ...

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Projet Maxi-Flashfood: la fin de l'épicerie hebdomadaire

BLOGUE. Voici comment une épicerie quotidienne pourrait réduire la gaspillage financier et alimentaire.

Lightspeed vise le milliard des licornes

Mis à jour à 15:52 | Dominique Beauchamp

Le concepteur de logiciels aux points de vente pour les PME émet ses actions à un multiple d'environ 16 fois ses revenus