Royaume-Uni: Québec gère une relation commerciale en déclin

Publié le 01/02/2013 à 21:39, mis à jour le 09/02/2013 à 13:32

Royaume-Uni: Québec gère une relation commerciale en déclin

Publié le 01/02/2013 à 21:39, mis à jour le 09/02/2013 à 13:32

Par François Normand

Le Québec a récemment noué de nouveaux liens économiques avec l'Angleterre, mais il y a plus à faire. Photo: Bloomberg

ANALYSE – Le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec qui investit à Londres. La société britannique Framestore qui investit à Montréal dans les effets spéciaux. La récente visite de la première ministre Pauline Marois au Royaume-Uni semble avoir donné un nouveau souffle à notre relation économique avec ce pays.


Or, les statistiques relatives à nos échanges commerciaux avec le Royaume-Uni devraient nous inciter à la prudence, car le gouvernement du Québec gère essentiellement une relation en déclin.


Malgré des soubresauts, les exportations du Québec vers le Royaume-Uni diminuent depuis 10 ans. En 2011 (la base annuelle la plus récente), nos expéditions à destination de ce pays ont totalisé 1 243 millions de dollars, soit le plus faible niveau depuis 2002, selon Statistique Canada.


Comme les avions sont notre premier poste d’exportation au Royaume-Uni, des ventes moins importantes certaines années peuvent affecter les statistiques. Cela dit, la tendance est là: nous exportons beaucoup moins qu’avant vers ce pays.


Sur le même sujet

Home Depot dépasse les attentes, relève ses prévisions

19/05/2015 | lesaffaires.com

Le détaillant a profité d'une reprise soutenue de l'immobilier aux États-Unis.

Canadian Tire: plus forte croissance des ventes comparables en 10 ans

Les magasins de la chaîne du même nom brillent, mais le bénéfice est conforme aux prévisions.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Consultants en TIC: Desjardins et la Banque Nationale coupent les coûts

Édition du 30 Mai 2015 | Denis Lalonde

La Banque Nationale et Desjardins ont imposé unilatéralement des baisses de salaires à leurs consultants en TI.

Tamaggo renaît de ses cendres avec un financement de 55 millions, mais déménage en Suisse

BLOGUE. La start-up montréalaise au parcours cahoteux vient de finaliser une restructuration de 55 millions.

Gestionnaires en action: impossible de prévoir les mouvements boursiers

Il y a 56 minutes | Denis Lalonde

Les investisseurs qui tentent de se synchroniser avec les mouvements boursiers on beaucoup plus à perdre qu'à gagner.