Italie: l'extrême droite revendique le pouvoir

Publié le 05/03/2018 à 07:54

Italie: l'extrême droite revendique le pouvoir

Publié le 05/03/2018 à 07:54

Par AFP

Matteo Salvini. (Photo: Getty)

Une percée historique des forces antisystème et eurosceptiques, majoritaires après les législatives dimanche, plonge dans l'incertitude l'Italie, où le chef de l'extrême droite a revendiqué de diriger le gouvernement.


Avec un vote marqué à la fois par le rejet de la vieille classe politique, l'exaspération face au marasme économique et les tensions autour des migrants, l'Italie s'inscrit dans la lignée du Brexit, de la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis et de la poussée de l'extrême droite ailleurs en Europe.


«Pour la première fois en Europe, les forces antisystème l'emportent», a résumé l'éditorialiste du quotidien La Stampa.


La coalition de droite est arrivée en tête avec 37% des voix, selon des résultats partiels portant sur 95% des bureaux de vote.


Mais en son sein, c'est la formation eurosceptique et anti-immigration du chef de la Ligue Matteo Salvini, proche du Front national (FN) français, qui a largement devancé le parti de Silvio Berlusconi.


«Je suis quelqu'un qui tient parole et l'engagement a été pris au sein de la coalition: qui l'emporte peut gouverner», a lancé M. Salvini, comme un appel au vieux milliardaire à tenir sa promesse.


«Nous avons le droit et le devoir de gouverner dans les prochaines années», a-t-il insisté, même si la coalition ne semble pas en mesure d'avoir la majorité au Parlement.


Mais cette perspective est mise à mal par la percée historique du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), qui devient le premier parti du pays avec un score dépassant les 32%. 


Pas de «majorité étrange»


Désormais, «tout le monde devra parler avec nous», s'est réjoui Alessandro Di Battista, l'un des responsables du mouvement, après une campagne dirigée contre la corruption et la «caste» politique italienne.


M. Salvini a assuré qu'il parlerait «avec tout le monde» mais exclu devant la presse tout accord «de majorité étrange» avec le M5S: «N, O, N, NON, et soulignez trois fois !».


Le jeune leader, qui aura 45 ans vendredi, a transformé l'ancienne Ligue du Nord sécessionniste en une formation souverainiste et martelé un discours anti-immigration et défiant à l'égard de Bruxelles, qui semble avoir porté dans un pays en proie à l'euroscepticisme et qui a vu débarquer près de 700.000 migrants depuis 2013.


Silvio Berlusconi, qui s'était présenté à Bruxelles comme le seul rempart contre les populistes et les forces anti-euro, a donc perdu son pari et il n'est pas certain qu'il accepte de se ranger derrière M. Salvini. Le vieux milliardaire ne s'est pas exprimé depuis dimanche soir.


A l'étranger, Marine Le Pen, présidente du FN, a adressé via Twitter ses «chaleureuses félicitations» à M. Salvini, estimant que sa «progression spectaculaire» était «une nouvelle étape du réveil des peuples».


Nigel Farage, ex-chef de l'Ukip, parti pro-Brexit en Grande-Bretagne, a pour sa part félicité sur Twitter ses «collègues» du M5S.


Ce mouvement, fondé par le comique Beppe Grillo en 2009, avait déjà créé la surprise en raflant 25% des voix aux dernières législatives de 2013, et s'assure une position centrale dans le futur Parlement. 


«Aucune forme de gouvernabilité»


Le Parti démocrate (PD, centre gauche) de Matteo Renzi et du gouvernement sortant a de son côté enregistré dans les urnes une baisse plus forte qu'attendue, avec environ 19% des voix, selon les résultats partiels, soit moins de la moitié des 40% obtenus aux élections européennes de 2014.


«Il est clair que pour nous il s'agit d'une défaite évidente», a commenté Maurizio Martina, un des plus hauts responsables du PD.


C'est d'ailleurs l'ensemble de la gauche qui boit la tasse. Les frondeurs de Liberi e uguali (libres et égaux, gauche), sont à peine au-dessus du seuil des 3% nécessaires pour entrer au Parlement.


L'absence probable de majorité pour la coalition de droite comme pour le M5S contraint les leaders politiques italiens à des calculs et des tractations, qui s'annoncent longs et complexes.


«Les vainqueurs de cette bataille électorale sont Matteo Salvini et Luigi di Maio», le chef de file du M5S, mais «tout cela ne conduit à aucune forme de gouvernabilité», assure l'éditorialiste de La Stampa.


A la Bourse de Milan, les marchés financiers ont cependant pris la nouvelle avec une relative sérénité: l'indice FTSE Mib a ouvert en baisse de 2% avant d'osciller entre -0,5% et -1% toute la matinée. En revanche, Mediaset, l'empire médiatique de M. Berlusconi, et les valeurs bancaires perdaient plus de 5%.


Il appartiendra désormais au président italien, Sergio Mattarella, de démêler l'écheveau dans les prochaines semaines. Mais ses consultations politiques officielles ne s'ouvriront pas avant la fin du mois, une fois élus les présidents des deux chambres.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Refus du CETA par l'Italie: les appellations d'origines en cause

13/07/2018 | AFP

La majorité parlementaire au pouvoir à Rome rejette l'accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada.

Bourse: les investisseurs affectés par la crise italienne

Mis à jour le 29/05/2018 | LesAffaires.com et AFP

La Bourse de New York a été ébranlée mardi par les effets de la crise politique italienne, ...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: