Grande-Bretagne: les préavis de licenciement réduits de moitié

Publié le 18/12/2012 à 09:17

Grande-Bretagne: les préavis de licenciement réduits de moitié

Publié le 18/12/2012 à 09:17

Par AFP

Le gouvernement britannique a dévoilé mardi une réforme qui réduit de moitié la durée de préavis de licenciement, une décision qui a suscité un tollé des syndicats, mais a été saluée par le patronat.


Selon les termes de cette réforme, qui devrait être adoptée en avril, la période de préavis et de consultation dans le cadre d'un plan social touchant une entreprise de plus de 20 salariés sera réduit à 45 jours contre 90 actuellement.


« Le processus est habituellement finalisé bien avant la limite des 90 jours, ce qui peut causer des retards qui ne sont pas nécessaires dans la restructuration (de l'entreprise) et rendre l'obtention rapide d'un nouvel emploi plus difficile pour les personnes affectées », a souligné la ministre des relations sociales, Jo Swinson.


« Nos réformes vont amener un juste équilibre entre le fait de s'assurer que les salariés prennent part aux décisions concernant leur avenir et le fait de donner aux employeurs plus de certitude et de flexibilité afin de prendre les mesures nécessaires pour restructurer », a-t-elle ajouté.


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

L'OCDE dénonce le calvaire des chômeurs au Canada

28/08/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Des mesures urgentes sont à prendre, selon les experts de l'Organisation. Des mesures sujettes à polémique...

Baisse du taux de chômage au Québec

L’emploi demeure presque inchangé dans le reste du pays.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Technique ou pas, le Canada est en récession

BLOGUE. L'annonce n'était pas surprenante mais il faudra maintenant voir l'ampleur et la durée de cette récession.

À surveiller: Dollarama, CP et Spin Master

Il y a 15 minutes | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres de Dollarama, Spin Master et CP?

Transcontinental double sa taille dans les emballages souples

La société met la main sur une entreprise new-yorkaise pour 80M$US.