Comment un pays fait faillite

Publié le 14/09/2011 à 13:47, mis à jour le 18/10/2013 à 12:50

Comment un pays fait faillite

Publié le 14/09/2011 à 13:47, mis à jour le 18/10/2013 à 12:50

Par François Normand

[Photo : Bloomberg]

ANALYSE. À moins d’un revirement spectaculaire, la Grèce se retrouvera sans doute bientôt en défaut de paiement, disent les analystes.


Si la Grèce se retrouve en défaut de paiement, ce ne sera pas la première fois dans son histoire, et elle ne sera pas – loin de là – le premier pays à se retrouver en «faillite», pour reprendre l’expression consacrée.


Mais que se passe-t-il quand un pays fait défaut? Quelles en sont les conséquences?


Comme les particuliers, un État se retrouve en défaut de paiement lorsqu’il vit au-dessus de ses moyens et n’arrive plus à payer ses dettes ou l’intérêt sur ses dettes.


La Russie s’est retrouvée dans cette situation en 1998, en pleine crise asiatique. L’Argentine aussi, en 2002. Même les États-Unis ont été en défaut de paiement durant la guerre de Sécession (1861-1865).


Mais contrairement à un particulier, un pays ne fait pas faillite à proprement dit, ce qui signifie que ses actifs ne sont ni saisis ni liquidés. Du reste, qui pourrait le faire? On parle ici d’États souverains.


Cela dit, la décision d’un gouvernement de cesser de payer ses créanciers a des conséquences graves.


Ses coûts d’emprunt explosent. Un gouvernement peut toujours emprunter, mais les taux d’intérêt demandés par les prêteurs sont exorbitants.


L’économie se contracte. La Russie et l’Argentine ont vécu cette situation: leur économie a plongé dans une profonde récession, avec son cortège de faillites d’entreprises et de pertes d’emplois.


La réputation du pays est entachée. Si des banques acceptent encore de prêter à un pays en défaut de paiement, d’autres préfèrent s’abstenir.


Les investisseurs peuvent aussi déserter le pays ou décider de reporter ou carrément laisser tomber un projet d’investissement, ce qui accentue la récession. Les marchés boursiers du pays en défaut s’écroulent également.


Quand un pays fait défaut, il doit absolument générer de nouveaux revenus. Il peut bien entendu vendre des actifs, comme des sociétés d’État.


Pour augmenter ses revenus fiscaux, un pays en défaut doit aussi tenter de relancer son économie en stimulant par exemple ses exportations.


Comment? En dévaluant sa monnaie. Mais il y a un inconvénient : cela fait bondir l’inflation, ce qui nuit à l’économie.


Bien entendu, la Grèce ne peut relancer ses exportations ainsi puisqu’elle a adopté l’euro.


Pour assainir son bilan financier, un gouvernement doit aussi sabrer drastiquement dans ses dépenses: prestation de services, achat de biens, investissements dans les infrastructures. Ce qui nuit aussi à l’économie et provoque souvent la révolte de la population.


Habituellement, un défaut de paiement prend fin lorsqu’un pays se rassoit avec les créanciers pour renégocier une nouvelle dette, avec de nouveaux échéanciers et des taux d’intérêt plus réalistes...


 


 


 


 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

PĂ©nurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

3 leçons à retenir de la faillite de Sears

BLOGUE INVITÉ. Une icône américaine de la vente au détail, Sears, s'est éteinte. Quelles leçons en tirer?

Immobilier: la tendance baissière des mauvaises créances continue

02/10/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. De moins en moins de propriétaires doivent remettre leur propriété à leur créancier.

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

11/12/2018 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Immobilier: Ivanhoé Cambridge et Claridge reconduisent leur partenariat

11/12/2018 | Martin Jolicoeur

Nouvelle enveloppe de 100M$ pour des participations dans des projets immobiliers de Montréal et Québec.