É-U: quand Bernanke refusait de céder à la « panique » face à la crise en 2007

Publié le 18/01/2013 à 13:44

É-U: quand Bernanke refusait de céder à la « panique » face à la crise en 2007

Publié le 18/01/2013 à 13:44

Par AFP

Le président de la Fed, Ben Bernanke [Photo : Bloomberg]

« Nous voyons une certaine dose de panique ». A l'été 2007, le président de la Fed, Ben Bernanke, relève les premiers signes de la crise aux États-Unis, mais refuse d'agir en urgence pour conjurer toute idée d'un « plan de sauvetage », selon des transcriptions officielles publiées vendredi.


Le 16 août 2007, les dirigeants de la Fed tiennent une conférence téléphonique impromptue pour évoquer la crise des « subprime », les crédits immobiliers à risque, d'après les transcriptions des débats du Comité de politique monétaire de la Banque centrale (FMOC) pour l'année 2007.


« Les marchés financiers connaissent des tensions encore plus fortes (...) Nous voyons une certaine dose de panique », déclare Ben Bernanke, qui tenait déjà à l'époque les rênes de la Fed.


Confronté à ces « subprime » qui finiront pas faire tomber les États unis en récession, le patron de la Fed ne veut toutefois pas agir en urgence et assouplir sa politique monétaire.


« Je ne voudrais pas dire qu'une baisse des taux de la Fed est exclue mais mon sentiment personnel est que nous devrions résister à une baisse des taux jusqu'à ce qu'il soit établi (...) que ce soit nécessaire », martèle-t-il.


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Bernanke à Montréal : «Il fallait sauver AIG afin que le système ne s'effondre pas.»

20/11/2014 | Marie-Claude Frenette

En visite à Montréal, l’ex-président de la Réserve fédérale ...

Beauchamp – La Fed choisit la prudence

Mis à jour le 19/09/2013

BLOGUE. La Réserve fédérale a beau être plus transparente que jamais dans ses ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Poutine joue à la roulette russe

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Donner, ça se calcule

Édition de Novembre 2014 | Dominique Froment

Les dons spontanés, c'est bon pour le moral, mais ce n'est pas la meilleure façon de soutenir une ...