É-U: quand Bernanke refusait de céder à la « panique » face à la crise en 2007

Publié le 18/01/2013 à 13:44

É-U: quand Bernanke refusait de céder à la « panique » face à la crise en 2007

Publié le 18/01/2013 à 13:44

Par AFP

Le président de la Fed, Ben Bernanke [Photo : Bloomberg]

« Nous voyons une certaine dose de panique ». A l'été 2007, le président de la Fed, Ben Bernanke, relève les premiers signes de la crise aux États-Unis, mais refuse d'agir en urgence pour conjurer toute idée d'un « plan de sauvetage », selon des transcriptions officielles publiées vendredi.


Le 16 août 2007, les dirigeants de la Fed tiennent une conférence téléphonique impromptue pour évoquer la crise des « subprime », les crédits immobiliers à risque, d'après les transcriptions des débats du Comité de politique monétaire de la Banque centrale (FMOC) pour l'année 2007.


« Les marchés financiers connaissent des tensions encore plus fortes (...) Nous voyons une certaine dose de panique », déclare Ben Bernanke, qui tenait déjà à l'époque les rênes de la Fed.


Confronté à ces « subprime » qui finiront pas faire tomber les États unis en récession, le patron de la Fed ne veut toutefois pas agir en urgence et assouplir sa politique monétaire.


« Je ne voudrais pas dire qu'une baisse des taux de la Fed est exclue mais mon sentiment personnel est que nous devrions résister à une baisse des taux jusqu'à ce qu'il soit établi (...) que ce soit nécessaire », martèle-t-il.


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Économie: Ben Bernanke est optimiste. Voici pourquoi

12/01/2015 | Martin Jolicoeur

New York. Notre journaliste Martin Jolicoeur assiste au discours de l'ex-président de la Fed, au congrès du NRF.

Bernanke à Montréal : «Il fallait sauver AIG afin que le système ne s'effondre pas.»

20/11/2014 | Marie-Claude Frenette

En visite à Montréal, l’ex-président de la Réserve fédérale ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Ottawa estime qu'on peut gagner 120 000 $ et faire partie de la classe moyenne

Pour le gouvernement Harper une famille dont le revenu annuel est de 120 000$ fait partie de la classe moyenne.

Bourse: Wall Street plonge, Toronto résiste

Mis à jour à 16:39 | LesAffaires.com et AFP

Le Dow Jones termine la journée sur un plongeon de près de 300 points, alors que le S&P/TSX s'en tire grâce au pétrole.

La leçon boursière d'Eugenie Bouchard

Mis à jour à 11:48 | Bernard Mooney

BLOGUE. La performance d’Eugénie Bouchard contre Maria Sharapova illustre une leçon cruciale pour l’investisseur.