Barrières tarifaires sur l'acier et l'aluminium: le Canada et le Mexique exemptés

Publié le 08/03/2018 à 15:47

Barrières tarifaires sur l'acier et l'aluminium: le Canada et le Mexique exemptés

Publié le 08/03/2018 à 15:47

Par AFP

Donald Trump. (Photo: Getty)

Donald Trump a imposé jeudi des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis, ignorant les mises en gardes répétées de nombre de ses alliés, Union européenne en tête, sur les risques d'une guerre commerciale aux conséquences imprévisibles.


Après plusieurs jours d'intenses spéculations, le président américain a signé, depuis la Maison Blanche, les documents controversés qui marquent un net virage protectionniste, 13 mois après son arrivée au pouvoir.


Cette décision intervient le jour même où onze pays des deux rives du Pacifique ont ressuscité, au Chili, l'accord de libre-échange transpacifique (TPP), donné pour mort il y a un an après le retrait des États-Unis.


Ces taxes, de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, entreront en vigueur dans 15 jours.


Le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d'acier des États-Unis, en sera cependant exempté «pour le moment», de même que le Mexique. Le sort qui sera réservé à ces deux pays frontaliers des États-Unis sur le moyen terme dépendra en particulier de l'issue des négociations en cours sur l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna).


Selon un responsable de l'exécutif américain, tous les pays concernés pourront entamer des discussions avec les États-Unis pour négocier, eux aussi, une éventuelle exemption.


L'annonce de la mise en place de droits de douane a suscité une véritable fronde au sein même du camp républicain où nombre d'élus ne partagent pas l'avis du magnat de l'immobilier selon lequel les guerres commerciale sont «bonnes et faciles à gagner».


Son principal conseiller économique, Gary Cohn, a démissionné mardi en raison de son opposition à de telles mesures.


Le locataire de la Maison Blanche s'est appuyé sur une procédure rarement invoquée de la législation commerciale américaine: l'article 232 qui s'appuie sur des arguments liés à la défense nationale pour limiter l'importation de produits et de biens aux États-Unis. 


Cet article 232 a notamment été utilisé dans les années 1970 lors de la crise pétrolière et plus récemment en 2001 également dans le cas de l'acier.


«Nous allons être très équitables, nous allons être très flexibles», avait promis le président américain quelques heures avant la signature, promettant de trouver un terrain d'entente avec les «vrais amis» des États-Unis.


Évoquant à la fois les questions commerciales et de défense, il avait pointé du doigt l'Allemagne. «Nous avons des amis et aussi des ennemis qui ont énormément profité de nous depuis des années sur le commerce et la défense (...) Si on regarde l'OTAN, l'Allemagne paie 1% et nous payons 4,2% d'un PIB beaucoup plus important. Ce n'est pas juste».


Mauvais remède


Cette annonce devrait provoquer une vive réaction de l'Union européenne qui martèle depuis plusieurs jours qu'une guerre de tranchées serait nuisible à tous et a dit préparer des mesures de rétorsion. 


Les Européens exportent environ 5 milliards d'euros d'acier et 1 milliard d'euros d'aluminium chaque année vers les États-Unis.


«Il est désormais temps pour les responsables politiques des deux côtés de l'Atlantique d'agir de façon responsable», avait exhorté le président du Conseil européen Donald Tusk, précisant que le contentieux serait au programme du prochain sommet européen à Bruxelles les 22 et 23 mars.


Bien avant la promulgation de ces taxes, l'UE avait préparé une riposte. La commissaire au Commerce extérieur Cecilia Malmström a ainsi détaillé une liste de produits américains qui pourraient être taxés, dont le fameux beurre de cacahuète, pour compenser en valeur le dommage causé à l'industrie européenne.


Jeudi, le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi est à son tour monté au créneau, redoutant que l'escalade de mesures protectionnistes ne compromette la croissance. 


Du côté des autres partenaires commerciaux, Pékin a indiqué jeudi qu'il adopterait une «réponse appropriée et nécessaire» face à d'éventuelles sanctions commerciales américaines. 


«Dans notre époque mondialisée, ceux qui recourent à la guerre commerciale choisissent le mauvais remède, ils ne feront que pénaliser les autres tout en se pénalisant eux-mêmes», a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

À la une

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...

Bourse: l'été ne sera pas de tout repos

BLOGUE. Gracieuseté de la bravade de Donald Trump, les stratèges craignent un été mouvementé.