Régimes de retraite : les difficultés s'accumulent

Publié le 04/07/2012 à 13:48, mis à jour le 04/07/2012 à 17:19

Régimes de retraite : les difficultés s'accumulent

Publié le 04/07/2012 à 13:48, mis à jour le 04/07/2012 à 17:19

Par Mathieu Lavallée

Les régimes de retraite à prestation déterminée continuent d’avoir de la difficulté à atteindre les rendements dont ils ont besoin, au point de se tourner vers tous les moyens leur permettant de diminuer les risques, quitte à délaisser en partie les actions et les obligations.


Ce sont là les conclusions tirées par Towers Watson de son indice des régimes de retraite PD (prestation déterminée) pour les six premiers mois de 2012.


Un régime de retraite à prestation déterminée promet à un ancien employé une rente fixe ou indexée pour la durée restante de sa vie. Par opposition, un régime de retraite à cotisation déterminée ne prévoit que ce qui est versé régulièrement par l’employé et l’employeur, et les prestations varieront selon les rendements obtenus pendant que l’employé participait au régime.


Les caisses de retraite des entreprises ont continué de faire face aux faibles taux d’intérêt à long terme et aux marchés boursiers volatils lors du premier semestre de l’année.


En fait, l’indice de Towers Watson a reculé de 1,4 % pendant la première moitié de l’année, même si le régime de retraite PD canadien type (60 % en actions et 40 % en obligations) a enregistré un rendement de 2,3 % pendant ce temps.


Ce qui est particulièrement ardu, c’est la combinaison entre la peur et l’incertitude sur les marchés boursiers, explique Towers Watson. L’aversion au risque crée de la volatilité, au point où les obligations deviennent les placements considérés comme plus sûrs. Cela tire à la baisse les taux d’intérêt, faisant monter les engagements et les coûts des régimes de retraite.


« Comme l'anémie des taux d'intérêt semble chronique, les répondants de régimes PD sont forcés de revoir plus rigoureusement les outils de placement qu'ils ont utilisés dans le passé pour maximiser les rendements et réduire les risques », souligne Jean-Jacques Chouinard, directeur répartition de l'actif chez Towers Watson au Canada.


Au même titre que les régimes plus complexes et disposant d'un actif plus important, les caisses de retraite canadiennes se tournent de plus en plus vers des catégories d'actif non traditionnelles comme l'immobilier, les placements privés et les infrastructures, ajoute M. Chouinard.


L’indice des régimes de retraite PD de Towers Watson suit le rendement d’un régime de retraite PD fictif entièrement provisionné en 2001.


Selon les données recueillies par Towers Watson, un régime type provisionné à environ 85 % au début de l’année n’a pas vu sa situation financière s’améliorer depuis six mois.


« Les solutions actuellement envisagées et mises en œuvre sont assez variées; elles vont du changement de stratégie de placement à la modification de la conception du régime, en passant par l'élimination complète du risque. Cependant, le catalyseur du changement demeure le même : la volonté de réduire le risque financier » indique David Burke, chef du secteur Retraite pour le Canada à Towers Watson.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Certains épargnants contribueraient aux écarts de richesse

BLOGUE. Souvent sans le savoir, les épargnants favorisent l'enrichissement des mieux nantis.        

Une première émission d'obligations en yuan hors de Chine

09/10/2014

Le Royaume-Uni réalise une première mondiale avec cette émission.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Pas de précipitation! dit Pierre Fortin

L'économiste Pierre Fortin invite Philippe Couillard à une rigueur exempte de précipitation.

Exfo soulevée par la consolidation de l'optique

Exfo connaît un rare bond en Bourse grâce à des transactions dans son industrie.

É-U: la Réserve fédérale va évaluer sa propre évaluation des banques

17:37 | AFP

Accusée de connivence avec les grands noms de Wall Street, la Fed veut évaluer sa procédure de surveillance des banques.