Régimes de retraite : les difficultés s'accumulent

Publié le 04/07/2012 à 13:48, mis à jour le 04/07/2012 à 17:19

Régimes de retraite : les difficultés s'accumulent

Publié le 04/07/2012 à 13:48, mis à jour le 04/07/2012 à 17:19

Par Mathieu Lavallée

Les régimes de retraite à prestation déterminée continuent d’avoir de la difficulté à atteindre les rendements dont ils ont besoin, au point de se tourner vers tous les moyens leur permettant de diminuer les risques, quitte à délaisser en partie les actions et les obligations.


Ce sont là les conclusions tirées par Towers Watson de son indice des régimes de retraite PD (prestation déterminée) pour les six premiers mois de 2012.


Un régime de retraite à prestation déterminée promet à un ancien employé une rente fixe ou indexée pour la durée restante de sa vie. Par opposition, un régime de retraite à cotisation déterminée ne prévoit que ce qui est versé régulièrement par l’employé et l’employeur, et les prestations varieront selon les rendements obtenus pendant que l’employé participait au régime.


Les caisses de retraite des entreprises ont continué de faire face aux faibles taux d’intérêt à long terme et aux marchés boursiers volatils lors du premier semestre de l’année.


En fait, l’indice de Towers Watson a reculé de 1,4 % pendant la première moitié de l’année, même si le régime de retraite PD canadien type (60 % en actions et 40 % en obligations) a enregistré un rendement de 2,3 % pendant ce temps.


Ce qui est particulièrement ardu, c’est la combinaison entre la peur et l’incertitude sur les marchés boursiers, explique Towers Watson. L’aversion au risque crée de la volatilité, au point où les obligations deviennent les placements considérés comme plus sûrs. Cela tire à la baisse les taux d’intérêt, faisant monter les engagements et les coûts des régimes de retraite.


« Comme l'anémie des taux d'intérêt semble chronique, les répondants de régimes PD sont forcés de revoir plus rigoureusement les outils de placement qu'ils ont utilisés dans le passé pour maximiser les rendements et réduire les risques », souligne Jean-Jacques Chouinard, directeur répartition de l'actif chez Towers Watson au Canada.


Au même titre que les régimes plus complexes et disposant d'un actif plus important, les caisses de retraite canadiennes se tournent de plus en plus vers des catégories d'actif non traditionnelles comme l'immobilier, les placements privés et les infrastructures, ajoute M. Chouinard.


L’indice des régimes de retraite PD de Towers Watson suit le rendement d’un régime de retraite PD fictif entièrement provisionné en 2001.


Selon les données recueillies par Towers Watson, un régime type provisionné à environ 85 % au début de l’année n’a pas vu sa situation financière s’améliorer depuis six mois.


« Les solutions actuellement envisagées et mises en œuvre sont assez variées; elles vont du changement de stratégie de placement à la modification de la conception du régime, en passant par l'élimination complète du risque. Cependant, le catalyseur du changement demeure le même : la volonté de réduire le risque financier » indique David Burke, chef du secteur Retraite pour le Canada à Towers Watson.

Sur le même sujet

Investissement: les femmes moins confiantes que les hommes

16/09/2014 | Finance et Investissement

Les femmes doutent plus que les hommes lorsque vient le temps d'investir, soutient un sondage.

Acheter une maison neuve, un défi croissant pour les jeunes

10/09/2014

Voici cinq constats marquants de la plus récente enquête de l'APCHQ sur les acheteurs de maisons neuves.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Philippe Couillard mise sur le Plan Nord, le gaz naturel et le fleuve Saint-Laurent

Édition du 04 Octobre 2014 | Suzanne Dansereau

À l'occasion d'une table éditoriale avec Les Affaires, le premier ministre nous dévoile son plan de relance économique.

À surveiller: Amaya, SNC-Lavalin et le CP

Que faire avec les titres d’Amaya Gaming, Canadian Tire et du Canadien Pacifique? Voici quelques recommandations ...

Bourse: Toronto perd plus de 200 points à la mi-séance

Malgré les bonnes nouvelles sur le front de l'emploi aux États-Unis, les investisseurs se montrent inquiets.