Notre lecteur a-t-il suffisamment d'argent pour prendre sa retraite à 55 ans ?

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Mars 2018

Notre lecteur a-t-il suffisamment d'argent pour prendre sa retraite à 55 ans ?

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Mars 2018

Par Stéphane Rolland

Notre célibataire de 50 ans a commencé à épargner « un peu sur le tard », à 33 ans.

Notre lecteur a-t-il suffisamment rattrapé le temps perdu pour prendre sa retraite à 55 ans ? Il a commencé à épargner « sur le tard », et il se demande s'il peut atteindre cet objectif, même s'il n'aura pas remboursé la totalité de son hypothèque.


Monsieur, qui gagne un salaire annuel de 62 000 $, se décrit comme l'« exemple typique de la classe moyenne ». Il touche également une rente viagère annuelle de 6 000 $, une indemnité pour les victimes d'actes criminels (IVAC).


Le célibataire de 50 ans a commencé à épargner « un peu sur le tard », à 33 ans. En évitant certaines dépenses discrétionnaires comme les dîners à l'extérieur du bureau, l'épargnant réussit à consacrer 1 683 $ par mois à son épargne-retraite. Il a donc 81 000 $ dans un régime enregistré d'épargne-retraite (REER) collectif et 68 000 $ dans un REER du Fonds de solidarité FTQ. Son compte CELI a une valeur de 58 000 $. Il détient également 11 000 $ dans un compte non enregistré.


À la retraite, il pourrait également compter sur le régime de retraite à prestations déterminées de son employeur. S'il prend sa retraite à 65 ans, il aurait droit à une rente annuelle de 19 392 $. S'il prend sa retraite à 55 ans, sa rente annuelle serait de 16 000 $ indexée au coût de la vie, jusqu'à un maximum de 2 %.


Outre les actifs financiers, Monsieur possède un condo d'une valeur estimée de 300 000 $. Il lui reste une hypothèque d'environ 47 000 $. Le propriétaire prévoit ne pas être en mesure de rembourser la totalité de son prêt d'ici la date espérée de la retraite (mai 2022). Avec un prêt de 2,94 %, il juge qu'il est plus avantageux d'investir, mais il admet que l'idée d'entamer la retraite avec une dette hypothécaire l'embête.



La réponse


La stratégie de notre épargnant est viable pour prendre une retraite à 55 ans, calcule Brigitte Felx, planificatrice financière chez RBC. À 55 ans, il serait en mesure de compter sur un revenu annuel de 38 000 $ par année, ce qui est légèrement supérieur au revenu désiré de 36 000 $. Pour que le plan fonctionne, Monsieur devra évidemment maintenir le même taux d'épargne et ne pas augmenter son rythme de vie, prévient Mme Felx.


Le plan prévoit que notre lecteur pourra vendre son condo à 75 ans et utiliser l'argent pour payer le loyer d'une résidence pour personnes âgées. Le décaissement se fera de la manière suivante : de 55 ans à 59 ans, la rente de l'employeur et les retraits du CELI financeront le train de vie du nouveau retraité. De 60 à 64 ans, il ajoutera la Régie des rentes du Québec (RRQ) et pourra commencer à décaisser ses REER. À partir de 65 ans, ce sera le moment d'ajouter la pension de la Sécurité de vieillesse (SV).


Libre de dettes


Contrairement à ce que croyait notre lecteur, il pourrait se libérer de sa dette hypothécaire presque au moment où il prendra sa retraite, constate Mme Felx.


S'il liquide son compte non enregistré d'une valeur de 11 000 $ et applique ce montant à son capital, il réussirait à rembourser son hypothèque le 30 août 2022 (à peine trois mois après la date de départ souhaitée). « Monsieur pourrait faire le choix de verser du capital supplémentaire sur sa dette, évoque-t-elle. Cela devra se faire avec de l'épargne supplémentaire, sans puiser dans ses épargnes actuelles et sans réduire l'épargne-retraite. Il pourrait aussi décider de retarder de trois mois le moment de son départ à la retraite. »


Ça ne faisait pas partie des questions du particulier, mais Mme Felx conseille à notre client de rédiger un testament ainsi qu'un mandat de protection. « Comme il n'a pas de conjointe ou d'enfant, une réflexion sur les bénéficiaires de son patrimoine ainsi que le choix du liquidateur en cas de décès serait importante », insiste la planificatrice.


EXPERTE CONSULTÉE
Brigitte Felx
est planificatrice financière chez RBC


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

La rente à vie ou le magot?

18/01/2019 | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. C'est le choix qu'ont beaucoup de personnes à la terminaison de un emploi. Comment choisir?

Aider sa fille ou la retraite dorée ? Les deux !

Édition du 25 Août 2018 | Daniel Germain

EXPERT INVITÉ. Il y a un mot pour décrire la situation financière de Francis : parfaite. Elle est le résultat ...

À la une

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

Il y a 15 minutes | François Normand

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.

Une perspective à long terme remet les pendules à l'heure

18/01/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Malgré nos impressions, la volatilité en 2018 était un peu sous la moyenne des 20 dernières années.