Les REER après 60 ans : devraient-ils être encore une priorité?

Publié le 23/05/2015 à 09:30

Les REER après 60 ans : devraient-ils être encore une priorité?

Publié le 23/05/2015 à 09:30

On fait beaucoup de cas des avantages à tirer des régimes enregistrés d'épargne-retraite au cours de ses années de vie active. Et il est vrai qu'il est avantageux de cotiser autant que possible (dans l'idéal, jusqu'au maximum autorisé) à un REER chaque année. Et plus on est jeune quand on met en place un régime, mieux c'est.


Et ceux qui ont plus de 60 ans, alors? Quand tout le monde pense à la retraite et que la date de fin des REER est seulement dans quelques années? Est-ce qu'il est toujours prioritaire de faire un usage maximum d'un REER, ou est-ce le moment d'envisager d'autres endroits où placer ses économies?


L'espérance de vie étant de nos jours généralement plus longue, les investisseurs de 60 ans et plus doivent continuer à économiser et investir. « La plupart d'entre nous pouvons envisager de vivre jusqu'au milieu de nos quatre-vingts ans et plus, alors notre argent doit croître », dit Rober Kerr, président de Groupe financier Kerr à Montréal. « Il devrait être investi dans une perspective de risque et de croissance modérés, et une échéance plus longue ainsi qu'une bonne diversification réduiront les risques de pertes sur le marché. »


Toutefois, comment et quand nous pouvons le faire dépend énormément des circonstances spécifiques de chacun.


Un REER est un outil puissant qui permet d'accumuler une épargne-retraite importante à long terme. Il permet d'investir de l'argent avant impôt et de faire fructifier cet argent sans imposition immédiate dans son régime. Cela se produit parce qu'on réclame une déduction fiscale pour une cotisation à son REER, sans que l'on ait à signaler le revenu gagné sur cet argent tant qu'il est compris dans le régime.


Lorsque le moment est venu d'utiliser cette épargne pour financer sa retraite, le montant retiré est entièrement imposable. Cela veut dire que l'on paie des impôts sur son capital initial ainsi que sur le revenu gagné par ce placement au sein du régime. Dans l'idéal, non seulement on gagne de l'argent en cumulant dans le temps ce placement libre d'impôt, mais en théorie on aura aussi un revenu inférieur à la retraite et on paiera donc moins d'impôt en retirant cette épargne par le truchement d'un Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou d'une rente enregistrée.


On ne saurait nier l'avantage d'avoir de l'argent sur lequel on devrait payer des impôts s'il ne se trouvait pas dans un REER, et de le laisser fructifier avec imposition différée pendant de nombreuses années. Qui plus est, ce report continue une fois que l'argent a été converti en FERR, bien que ce soit seulement dans la mesure où les fonds n'ont pas été retirés.


Mais sur une période relativement courte, le report de l'impôt est moins convaincant. De plus, si votre revenu demeure élevé après l'âge de 71 ans (quand vous êtes obligé de commencer à percevoir un revenu de votre REER par le biais d'un FERR ou d'une rente), cette épargne sera imposée à un taux élevé, peut-être même plus que lorsque les cotisations originales ont été effectuées.


« Si votre taux personnel d'imposition chute de 50 % à, disons, 30 % à la retraite, peut-être vaudrait-il la peine de cotiser à un REER », dit M. Kerr à propos des gens qui ont dépassé 60 ans. De plus, ajoute-t-il, selon votre revenu l'année où une cotisation est effectuée, vous pouvez choisir de retarder une demande de déduction pour une cotisation à une année ultérieure, dans laquelle votre revenu pourrait être plus élevé, bien qu'il faille le faire alors que votre REER est encore intact.



image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les mauvaises raisons de souscrire une assurance vie

Il existe autant de mauvaises raisons d'acheter de l'assurance vie que de bonnes. Méfiez-vous ce arguments...

La planification successorale au-delà du testament

BLOGUE INVITÉ. La planification de notre inaptitude, c’est pour nous : nous serons encore là et vulnérable.

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.