Le CELI, comment ne pas l'aimer!

Publié le 24/02/2017 à 09:00

Le CELI, comment ne pas l'aimer!

Publié le 24/02/2017 à 09:00

Par Institut québécois de planification financière

Comme le REER, le CELI fait partie de votre coffre à outils fiscal. Et comme tout outil, il faut savoir l’utiliser au bon moment et de la bonne façon. Après tout, un marteau, c’est très pratique, mais ce n’est pas le meilleur outil pour couper une planche…


Apprenons donc à mieux connaître le CELI afin de s’assurer de l’utiliser le mieux possible!


Les caractéristiques 


• Le CELI a été créé en 2009.


• Contrairement au REER, les contributions à un CELI ne sont pas déductibles du revenu.


• La croissance et les retraits sont à l’abri de l’impôt, mais les pertes ne sont pas déductibles.


• Pour contribuer à un CELI, vous devez avoir au moins 18 ans, être résident fiscal du Canada et avoir un numéro d’assurance sociale (NAS) valide au Canada.


• Les droits inutilisés sont reportables indéfiniment.


• Lorsque vous retirez une somme de votre CELI, le montant du retrait sera ajouté à vos droits de cotisation l’année suivante.


• En 2017, un contribuable éligible au CELI depuis sa création (2009) et qui n’y a jamais contribué a accumulé des droits de cotisation de 52 000 $.


• Les revenus de placement gagnés dans un CELI et les retraits du CELI n’ont aucune incidence sur l’admissibilité aux prestations socio-fiscales fédérales ou québécoises. Ils n’affectent pas non plus l’admissibilité aux crédits d’impôts fédéraux et québécois fondés sur le revenu.


• Au décès, l’actif déjà détenu dans un CELI peut être transféré au CELI du conjoint survivant sans diminuer ses droits de cotisation.


• Les sommes accumulées dans un CELI ne font pas partie du patrimoine familial. 


Selon votre étape de vie ou votre situation personnelle, vous pourrez utiliser le CELI de façon personnalisée…


• Certains voudront peut-être l’utiliser pour épargner en prévision de l’achat d’une première voiture, pour une année sabbatique ou pour l’achat d’une maison (bien que pour l’achat d’une première maison, il est possible d’utiliser le REER dans le cadre du régime d’accès à la propriété (RAP)).


• Le CELI pourrait servir à financer un projet particulier (un agrandissement de la maison, l’achat d’un chalet, etc.) ou à bâtir un coussin financier en prévision de l’imprévisible.


• Ceux qui approchent la retraite voudront possiblement l’utiliser pour faire fructifier leur épargne sans mettre en péril leurs prestations du Supplément de revenu garanti (SRG) ou leurs prestations de la Sécurité de la vieillesse (PSV).


• À tout âge, une personne qui reçoit une entrée d’argent inattendue, comme un héritage, pourrait utiliser le CELI.


Les limites


• Vos contributions sont limitées à vos droits accumulés depuis 2009 ou depuis vos 18 ans.


• Les revenus d’entreprise provenant d’activités de « day trading » sont imposables, même s’ils sont dans un CELI.


• Si vous avez atteint votre limite de cotisation et effectuez un retrait, vous ne récupérerez pas vos droits avant la prochaine année civile.


Le CELI est sans conteste un outil souple et intéressant, mais il doit faire partie d’une stratégie globale et être utilisé en combinaison avec d’autres outils. Une bonne réflexion est toujours de mise. Nous ne saurions trop vous recommander de vous faire accompagner dans vos réflexions et vos décisions par votre planificateur financier. Ce dernier tiendra compte de vos besoins et de votre situation personnelle, familiale, sociale et fiscale et sera en mesure de bâtir votre planification financière.


Alain Chevalier, Pl. Fin., MBA, PCC


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les mauvaises raisons de souscrire une assurance vie

Il existe autant de mauvaises raisons d'acheter de l'assurance vie que de bonnes. Méfiez-vous ce arguments...

La planification successorale au-delà du testament

21/09/2018 | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. La planification de notre inaptitude, c’est pour nous : nous serons encore là et vulnérable.

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...