De nombreux Canadiens prévoient travailler après la retraite

Publié le 20/08/2012 à 19:30, mis à jour le 21/08/2012 à 13:40

De nombreux Canadiens prévoient travailler après la retraite

Publié le 20/08/2012 à 19:30, mis à jour le 21/08/2012 à 13:40

Par La Presse Canadienne

Plus de la moitié des Canadiens dans la cinquantaine prévoient continuer de travailler une fois qu'ils auront pris leur retraite après l'âge de 60 ans, dans de nombreux cas afin de combler leurs épargnes insuffisantes, selon les résultats d'un nouveau sondage.


Réalisé en ligne par la firme Léger Marketing pour le compte de la Banque CIBC (TSX:CM), le mois dernier, ce sondage permet de constater que les Québécois étaient moins disposés que les autres à dire avoir l'intention de travailler pendant la retraite, à 47 pour cent.


Les répondants du Manitoba et de la Saskatchewan ont été les plus nombreux


à affirmer prévoir travailler pendant la retraite, à 59 pour cent.


Le Canada Atlantique (54 pour cent), l'Ontario (55 pour cent), l'Alberta (57 pour cent) et la Colombie-Britannique (49 pour cent) étaient plus proches de la moyenne nationale, de 53 pour cent.


Par ailleurs, 29 pour cent des Canadiens ont dit ne pas encore être certains de travailler lorsqu'ils seront à la retraite, tandis que 14 pour cent ont déclaré qu'ils cesseraient de travailler une fois à la retraite.


Selon le sondage, près de la moitié des Canadiens âgés de 50 à 59 ans ont épargné moins de 100 000 $, et plusieurs parmi ceux qui envisagent de continuer de travailler pendant la retraite entendent utiliser leur revenu d'emploi pour compenser l'insuffisance de leurs épargnes.


"La situation au chapitre de la retraite est en train de changer au fur et


à mesure que les baby-boomers atteignent l'âge traditionnel de la retraite avec un pécule moins élevé que ce qu'ils espéraient", a déclaré Sylvain Vinet, premier vice-président de CIBC dans l'Est du Canada.


"De nombreux Canadiens envisagent de puiser dans diverses sources de revenu, y compris un revenu d'emploi, pour financer leur retraite, et c'est pour cette raison qu'il est encore plus important d'obtenir des conseils en matière de gestion du revenu, d'épargne et de placements", a-t-il ajouté.


Parmi ceux qui prévoient continuer de travailler, 37 pour cent comptent occuper un poste à temps partiel.


Et seulement un tiers de ceux qui prévoient continuer de travailler ont admis qu'ils le feraient uniquement pour gagner de l'argent.


Les deux tiers _ ou 67 pour cent _ ont dit considérer le travail comme un moyen de rester socialement actifs ou de se trouver une occupation agréable, et vouloir encore faire partie de la population active d'une manière quelconque.


La Banque CIBC a indiqué que ces résultats étaient fondés sur un sondage organisé par Léger Marketing au moyen de son panel Web, qui compte plus de 400 000 foyers. Les données ont été recueillies dans toutes les provinces du pays entre les 5 et 8 juillet auprès d'un échantillon de 805 Canadiens âgés de 50 à 59 ans, la marge d'erreur d'un tel échantillon étant de plus ou moins 3,45 pour cent, 19 fois sur 20.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...