Conversion des REER en FERR : le dilemme

Publié le 07/10/2014 à 14:27

Conversion des REER en FERR : le dilemme

Publié le 07/10/2014 à 14:27

En apparence, il peut sembler irresponsable d'accéder à son épargne-retraite plus tôt que prévu -- le résultat d'une imprévoyance plus tôt dans la vie. Mais en fait, dans certains cas, cette décision pourrait être avisée, même pour ceux qui n'ont pas besoin de cet argent.


Un régime enregistré d'épargne-retraite est censé être un magot intouchable, un réservoir d'épargne dans lequel on ne puisera que quand le moment sera venu de financer une retraite prospère. Traditionnellement, cela veut dire à l'âge de 65 ans, qui demeure pour beaucoup de gens la date butoir du départ à la retraite. C'est aussi l'âge auquel certains programmes gouvernementaux prennent effet, comme celui de la Sécurité de la vieillesse (SV).


On peut retirer de l'argent d'un REER n'importe quand, sujet à une retenue d'impôts à la source par l'institution qui détient son compte. Toutefois, à l'approche de la retraite, il y a des options de retrait plus organisées à envisager.


Bien que certains retraités optent de recevoir un revenu garanti de leur compte d'épargne REER en achetant une rente, la plupart d'entre eux convertissent leur REER à un Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Cela peut permettre de continuer à gérer les investissements qu'ils détenaient dans leur REER, mais désormais dans un compte conçu pour fournir un revenu annuel.


 


La sagesse populaire


La question est la suivante : Quand faut-il convertir son REER? La loi donne jusqu'à la fin de l'année de ses 71 ans pour liquider son REER et commencer à recevoir un revenu-retraite d'un FERR ou d'une rente (on a le droit de radier un REER dans son intégralité, mais si on le fait, il faut payer des impôts sur la totalité de la somme au moment de faire sa déclaration pour cette année-là).


Quels que soient ses besoins de revenu, la sagesse populaire nous dit que l'argent devrait rester dans un REER jusqu'à la dernière minute, maximisant ainsi le report d'impôt, puisque l'argent qui s'y trouve n'est pas imposé jusqu'au moment du retrait. Un FERR fonctionne à peu près de la même manière et représente en fait le prolongement d'un REER, avec une différence de taille : Il faut retirer un minimum chaque année, un pourcentage des actifs détenus dans le fonds. Les pourcentages changent chaque année, théoriquement pour suivre l'augmentation du coût de la vie. Un FERR offre donc de façon inhérente un report d'impôt moins important qu'un REER.


Si vous n'êtes pas à la retraite, pourquoi convertir votre REER en FERR avant la date limite imposée par l'âge? Si ce n'est pas pour compléter votre revenu, les raisons de le faire sont principalement liées à la planification fiscale : dans tous les cas, votre décision devrait se fonder sur des calculs sérieux tenant compte de votre situation financière actuelle et des questions fiscales qui y sont liées, et sur la situation financière et fiscale dans laquelle vous comptez vous retrouver à la retraite.


L'idée, c'est par bonheur d'avoir cotisé à votre REER lorsque vous vous trouviez dans une tranche de revenu élevée, et donc d'y gagner une précieuse déduction fiscale tout en laissant votre épargne augmenter à l'abri de l'impôt, puis de retirer de l'argent quand votre taux d'imposition est plus faible.



image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

REER: 8 fonds d'actions armés pour saisir des occasions

Édition du 09 Février 2019 | Dominique Beauchamp

HUIT FONDS D'ACTIONS ARMÉS POUR SAISIR DES OCCASIONS — Quatre de leurs gestionnaires partagent leurs stratégies.

Armés pour investir: la recette de Steve DiGregorio

Édition du 09 Février 2019 | Dominique Beauchamp

Avec plus de 25% d'encaisse, le gestionnaire nous dit quel signal d'acquisition il attend et ce qu'il surveille.

À la une

Politique commerciale de Trump : et si le pire était à venir?

22/02/2019 | François Normand

ANALYSE - Trois enjeux pourraient avoir un impact majeur sur les entreprises et les investisseurs canadiens.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/02/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?