Négocier un titre ou le détenir à long terme ?

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 30/11/2010 à 09:45

Négocier un titre ou le détenir à long terme ?

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 30/11/2010 à 09:45

Par Bernard Mooney

Est-il plus rentable de négocier un titre ou de le détenir à long terme sans le vendre ?


En apparence cela semble plus payant d'acheter un titre, par exemple à 20 $, pour le revendre à profit à 24 ou 25 $ en se disant qu'on le rachètera à 22 ou 23 $. C'est une illusion.


D'abord, parce que même si vous réussissez plusieurs fois à faire ce genre de transactions, rien ne dit que le titre vendu vous accommodera en baissant de quelques dollars.


De plus, pour vraiment faire de l'argent à la Bourse, il faut que vous trouviez des titres supérieurs qui vous procureront des rendements extraordinaires sur plusieurs années.


Ce n'est pas facile de dénicher ces perles. Raison de plus de les conserver quand on a la chance d'en avoir acheté une.


Cette stratégie vous permet de profiter de la grande puissance des intérêts composés. Lorsque vous achetez des actions d'une société qui réussit au moins à décupler ses profits sur plusieurs années, vous possédez une machine capable à elle seule de vous enrichir. Je vais vous donner un exemple personnel concret. Lorsque j'ai acheté des actions de Quincaillerie Richelieu, en 1996, la société avait des revenus de 93 millions de dollars (M $), des bénéfices de 4,6 M $ et des bénéfices non répartis de 25,7 M $ (bénéfices réalisés par la société depuis sa création qui ont été réinvestis dans ses activités). Le titre était à 1,70 $.


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Certains épargnants contribueraient aux écarts de richesse

BLOGUE. Souvent sans le savoir, les épargnants favorisent l'enrichissement des mieux nantis.        

Une première émission d'obligations en yuan hors de Chine

09/10/2014

Le Royaume-Uni réalise une première mondiale avec cette émission.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier à Montréal, ce qui n'empêchera pas les prix de progresser d'ici 2016.

Sceptique concernant l'inflation

BLOGUE. La situation inflationniste ici en Amérique est fort différente de celle en Europe....

Voici les réponses aux 6 questions qui hantent les startups

Mis à jour il y a 52 minutes | Diane Bérard

"Terminez d'abord vos études" suggère Dharmesh Shan, chef de la techno de HubSpot et animateur du blogue onstartups.com.