Négocier un titre ou le détenir à long terme ?

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 30/11/2010 à 09:45

Négocier un titre ou le détenir à long terme ?

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 30/11/2010 à 09:45

Par Bernard Mooney

Est-il plus rentable de négocier un titre ou de le détenir à long terme sans le vendre ?


En apparence cela semble plus payant d'acheter un titre, par exemple à 20 $, pour le revendre à profit à 24 ou 25 $ en se disant qu'on le rachètera à 22 ou 23 $. C'est une illusion.


D'abord, parce que même si vous réussissez plusieurs fois à faire ce genre de transactions, rien ne dit que le titre vendu vous accommodera en baissant de quelques dollars.


De plus, pour vraiment faire de l'argent à la Bourse, il faut que vous trouviez des titres supérieurs qui vous procureront des rendements extraordinaires sur plusieurs années.


Ce n'est pas facile de dénicher ces perles. Raison de plus de les conserver quand on a la chance d'en avoir acheté une.


Cette stratégie vous permet de profiter de la grande puissance des intérêts composés. Lorsque vous achetez des actions d'une société qui réussit au moins à décupler ses profits sur plusieurs années, vous possédez une machine capable à elle seule de vous enrichir. Je vais vous donner un exemple personnel concret. Lorsque j'ai acheté des actions de Quincaillerie Richelieu, en 1996, la société avait des revenus de 93 millions de dollars (M $), des bénéfices de 4,6 M $ et des bénéfices non répartis de 25,7 M $ (bénéfices réalisés par la société depuis sa création qui ont été réinvestis dans ses activités). Le titre était à 1,70 $.


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Endettés, mais pas inquiets, les Canadiens

La Banque du Canada juge que l'endettement des ménages constitue un risque pour le pays, pas les principaux intéressés.

Retraite: la majorité des pays de l'OCDE forcés de faire des réformes

08/12/2014

Adapter le système de retraites au vieillissement de la population est devenu nécessaire pour la plupart des pays.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

20/12/2014 | Stéphane Rolland

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Poutine joue à la roulette russe

20/12/2014 | François Normand

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Donner, ça se calcule

Édition de Novembre 2014 | Dominique Froment

Les dons spontanés, c'est bon pour le moral, mais ce n'est pas la meilleure façon de soutenir une ...