Les régimes canadiens à prestations déterminées reculent

Publié le 31/07/2012 à 14:40, mis à jour le 31/07/2012 à 14:56

Les régimes canadiens à prestations déterminées reculent

Publié le 31/07/2012 à 14:40, mis à jour le 31/07/2012 à 14:56

Par La Presse Canadienne

Les régimes canadiens à prestations déterminées ont reculé de 1,1 pour cent au deuxième trimestre, perdant certains des gains réalisés lors des trois premiers mois de l'année, affirme RBC Services aux investisseurs dans un rapport rendu public mardi.


La banque a indiqué que les préoccupations entourant la crise de la dette en Europe et le ralentissement de l'économie mondiale avaient fait chuter les actions canadiennes, tandis que les obligations enregistraient les gains les plus solides.


Dans l'univers des régimes de retraite RBC Services aux investisseurs, les régimes canadiens à prestations déterminées avaient réalisé un gain de 4,5 pour cent au premier trimestre.


Les obligations canadiennes ont été la catégorie d'actifs la plus performante au deuxième trimestre, avec un rendement de 2,4 pour cent pour la médiane des régimes, surpassant légèrement de 0,1 pour cent le rendement de l'indice obligataire universel DEX.


Les actions canadiennes ont été la pire catégorie d'actifs au deuxième trimestre, alors que l'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a chuté de 5,7 pour cent, tandis que les placements en actions canadiennes des régimes ont quand même surpassé l'indice composé S&P/TSX de 0,5 pour cent.


Les placements en actions étrangères des régimes de retraite ont réalisé une performance inférieure de 0,4 pour cent à celle de l'indice mondial MSCI, en dollars canadiens, tandis que l'indice mondial MSCI a perdu 3,2 pour cent en dollars canadiens.


"Les régimes de retraite ont réussi à surperformer l'indice composé S&P/TSX au deuxième trimestre grâce à une sous-pondération aux secteurs de l'énergie et des matériaux, deux des plus grands secteurs qui ont sous-performé l'indice composé S&P/TSX", a affirmé par voie de communiqué Scott MacDonald, chef, caisses de retraite, assurance et stratégie de fonds souverains, chez RBC Services aux investisseurs.


"Toutefois, les doutes persistants entourant l'Europe et le ralentissement des économies chinoise et américaine ont de nouveau amené les investisseurs à chercher refuge dans les obligations gouvernementales", a-t-il ajouté.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Le PIB québécois a augmenté de 1,5% au troisième trimestre

19/12/2014 | lesaffaires.com

Le commerce extérieur vient à la rescousse de l'économie québécoise au troisième trimestre.

La nouvelle carte du monde

Voici un conseil de lecture si vous voulez comprendre le monde de la globalisation, de la diversité et du ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Poutine joue à la roulette russe

20/12/2014 | François Normand

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

Hausse des tarifs des CPE: pas de solutions fiscales miracles, mais ...

20/12/2014 | Stéphane Rolland

Voici quelques solutions fiscales pour atténuer l’impact de la hausse des frais de garde décrétée par Québec.

Combien ça coûte un bar chez soi?

Édition de Novembre 2014 | Steeve Proulx

S'équiper pour veiller tard, ça revient à combien ?