Les Canadiens veulent investir pour la retraite

Publié le 11/02/2013 à 14:31

Les Canadiens veulent investir pour la retraite

Publié le 11/02/2013 à 14:31

Par La Presse Canadienne

Les Canadiens affirment en majorité avoir l'intention d'investir pour leur retraite cette année, mais la probabilité que cela se produise est relativement mince, selon une étude la Banque CIBC (TSX:CM).


Soixante pour cent des Canadiens ont affirmé qu'ils cotiseraient à un régime enregistré d'épargne-retraite (REER), à un compte d'épargne libre d'impôt (CELI) ou aux deux en 2013, permettent de constater les résultats du sondage, rendus publics lundi par la banque.


Vingt-huit pour cent ont dit qu'ils cotiseraient à la fois à leur REER et


à leur CELI cette année, 19 pour cent ont affirmé qu'ils ne cotiseraient qu'à leur REER, et 13 pour cent ont déclaré qu'ils ne cotiseraient qu'à leur CELI.


Par ailleurs, 31 pour cent ont indiqué qu'ils ne cotiseraient pas à leur fonds de pension cette année, comparativement à 28 pour cent en 2012.


Trente-cinq pour cent des Canadiens n'ayant pas cotisé à leur épargne-retraite l'an dernier ont donné comme raison principale qu'ils n'avaient pas d'argent pour le faire.


Les personnes consultées au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta (65 pour cent) étaient les plus susceptibles de dire qu'ils avaient l'intention de cotiser à leur REER ou CELI cette année, tandis que seulement 53 pour cent des Québécois prévoyaient cotiser à leur épargne-retraite.


Le sondage téléphonique a été mené pour le compte de la Banque CIBC par Harris/Décima auprès de 1740 Canadiens âgés de 18 à 72 ans, entre le 13 décembre et le 7 janvier. La marge d'erreur est de plus ou moins 2,35 pour cent, 19 fois sur 20.

Sur le même sujet

Investir: le mystère Amazon

Mis à jour le 28/07/2015 | Jean Gagnon

Il est no 1 du commerce en ligne, croît vite et gagne des parts de marché. Pourquoi plusieurs gestionnaires l'évitent?

Des outils incontournables pour réduire vos risques géopolitiques

ANALYSE. Le monde est devenu instable et imprévisible. Voici des outils pour réduire vos risques géopolitiques.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La grande question Bombardier: à quand la rentabilité du CSeries?

BLOGUE. La question que l'on s'apprĂŞte Ă  grandement discuter: quand le CSeries deviendra-t-il rentable?

Desjardins au top 5 des banques les plus solides du monde

Desjardins perd 3 rangs, mais est la seule institution canadienne Ă  figurer au top 5; la Royale est exclue du top 20.

Ça chauffe de plus en plus pour les pays émergents

Il y a 35 minutes

À l'ombre de la crise grecque, les pays émergents vivent une période trouble. L'inquiétude monte chez les observateurs.