Le huard sous 0,80 $ US pour quelques mois

Publié le 21/02/2009 à 00:00

Le huard sous 0,80 $ US pour quelques mois

Publié le 21/02/2009 à 00:00

L'équipe de recherche de RBC Marchés des Capitaux prévoit un recul à 0,775 $ US d'ici la fin du premier trimestre, le 31 mars. Il serait suivi d'un repli supplémentaire à 0,763 $ US au deuxième trimestre.



De son côté, la Financière Banque Nationale prévoit un recul à 0,7810 $ US au cours du deuxième trimestre de 2009.


"Les données économiques canadiennes du mois de janvier démontrent hors de tout doute que le ralentissement mondial vient de nous rattraper", constate François Barrière, vice-président, marchés internationaux, de la Banque Laurentienne du Canada.


L'expert ajoute que les cambistes et investisseurs étrangers misent aussi sur la possibilité d'un rebond de l'économie américaine. Cette hypothèse provoque un afflux substantiel de fonds vers les titres d'emprunt américains. Cette ruée de l'épargne étrangère entraîne un recul généralisé des devises internationales face au billet vert américain.


M. Barrière ajoute que la récession fait chuter les prix des matières premières. Or, le Canada tire près de la moitié de ses revenus de l'exportation de matières premières.


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars

À la une

Airbus prend le contrĂ´le du CSeries: bonne ou mauvaise nouvelle?

Bonne ou mauvaise nouvelle? Des questions demeurent sur la valeur du placement du gouvernement du Québec. Mais, bonne.

Quelques Ă©claircissements sur la vente de la CSeries

16/10/2017 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Sous le couvert de l'anonymat, un ingénieur d'Airbus témoigne...

«La plainte de Boeing n'a rien à voir», assure Bombardier

16/10/2017 | Martin Jolicoeur

Le bras de fer qui l'oppose Ă  Boeing n'expliquerait en rien la prise de contrĂ´le du CSeries par Airbus.