La rente assurée toujours pertinente

Publié le 19/11/2012 à 11:53, mis à jour le 08/10/2013 à 07:35

La rente assurée toujours pertinente

Publié le 19/11/2012 à 11:53, mis à jour le 08/10/2013 à 07:35

Par Guillaume Poulin-Goyer

Pour permettre à des retraités au profil conservateur de profiter de leur vivant de sommes non enregistrées qu'ils souhaitent toutefois léguer à leur héritier, la rente assurée a sa raison d'être, soutient la planificatrice financière Catherine Felber.


« C'est un concept encore méconnu, ce qui est dommage, car c'est une combinaison super intéressante », indique celle qui est aussi directrice adjointe, développement des affaires, chez Sogemec Assurances, à Montréal.


La stratégie consiste à jumeler une rente viagère avec une assurance vie. La rente procure un revenu garanti pour le reste de la vie du retraité, lequel permet de payer la prime de l'assurance vie. Au décès du retraité, le capital assuré est remis aux héritiers, qui sont aussi les bénéficiaires de la police.


Pour illustrer la pertinence de cette stratégie, Catherine Felber explique le cas d'un couple de Québécois en bonne santé de 65 ans qui détient 250 000 $ dans un certificat de placement garanti (CPG). Leur taux marginal d'imposition est le plus élevé, soit 48,22 %. Si ce couple garde le CPG, dont le rendement annuel s'établit à 3 %, le revenu généré par cet investissement, net d'impôt, s'établit à quelque 3900 $ par an.


À l'opposé, ce duo achète plutôt une rente prescrite, c'est-à-dire qu'elle offre un traitement fiscal avantageux puisque le revenu généré est une combinaison de capital et d'intérêt. Ce type de rente offre l'avantage d'avoir une ponction fiscale nivelée durant la vie des retraités. Catherine Felber aime bien celle offerte par la Financière Sun Life.


« On le fait souvent avec une rente réversible, dit Catherine Felber. Je préfère ce genre de rente qui maintient le même montant versé au conjoint survivant. Je ne crois pas qu'un couple, quand il y en a un qui part, l'autre a beaucoup moins de dépenses. Souvent, par exemple, monsieur faisait beaucoup de travaux autour de la maison avant de mourir et madame abesoin d'argent embaucher quelqu'un pour les faire. »


Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

La Banque Royale prévoit un refroidissement du secteur de l'habitation

La Banque Royale affirme que les taux d'intĂ©rĂȘt plus Ă©levĂ©s exerceront de la pression sur l'immobilier.

Si c'était à refaire, Target procéderait autrement sur le marché canadien

Si Target avait la possibilité de refaire son lancement au Canada, il ne débuterait qu'avec une ...

Bourse: Toronto touche un nouveau sommet

16:50 | LesAffaires.com et AFP

New York est moins enthousiaste, les principaux indices américaines pointant dans des directions opposées.