Êtes-vous piégé par vos neurones ?


Édition du 09 Avril 2016

Négocier à la Bourse n'est pas inné. Même pour les experts, battre le marché à long terme est loin d'être évident. Pour y parvenir, ils doivent non seulement être capables de prendre des décisions plus judicieuses que leur voisin, mais aussi, et surtout, de vaincre les biais neurologiques qui affectent la rationalité de tous les humains, du chauffeur de camion au professeur de mathématiques. Or, les progrès récents en neurosciences et en économie comportementale nous donnent aujourd'hui la possibilité de mieux comprendre pourquoi les investisseurs prennent des décisions irrationnelles.


À lire aussi : «La crise de 2008 est l'aboutissement d'une longue période de stress chronique et de niveaux élevés de cortisol» - John Coates, chercheur en finances et en neurosciences à l'Université Cambridge


«Mon plus grand ennemi, c'est moi-même, lance Mark Lin, gestionnaire de portefeuille chez Gestion d'actifs CIBC. Le plus important combat que les investisseurs doivent gagner, c'est contre leurs émotions et leurs biais cognitifs.» Les pièges auxquels fait référence M. Lin viennent du fait que le cerveau humain n'a pas évolué afin de permettre aux gens d'analyser le marché boursier, mais de survivre dans un environnement hostile.


Pour Lesley Fellows, professeure de McGill en neurologie, un biais comme l'aversion à la perte a probablement sauvé la vie à nos ancêtres : «En fait, les systèmes neurologiques impliqués dans la prise d'une décision d'investissement sont les mêmes que ceux qui concernaient le choix de prendre une chance dans un contexte où il y avait un risque de se faire manger par un lion», explique la chercheuse. Dans un contexte où il est question de vie ou de mort, la logique voulant que toute perte boursière encourue soit compensée par un gain supérieur à long terme ne tient plus la route.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

MTY: deux autres achats mineurs dans son assiette

MTY s'offre une quatrième chaîne de hamburgers gastronomiques, mais les analystes attendent de plus gros achats.

À la une

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.

Les grandes entreprises de technologie: bonnes ou mauvaises pour la société?

14/12/2018

BLOGUE INVITÉ. Google et Facebook sont-ils bons pour vous?

Facebook: les photos de 6,8 millions d'utilisateurs dévoilées après une faille de sécurité

14/12/2018 | AFP

Une faille de sécurité a rendu accessible l'ensemble des photos postées sur Facebook par 6,8 millions d'utilisateurs.