Des Québecois à revenu modeste imposés à plus de 75 %

Publié le 17/10/2012 à 13:48, mis à jour le 17/10/2012 à 13:56

Des Québecois à revenu modeste imposés à plus de 75 %

Publié le 17/10/2012 à 13:48, mis à jour le 17/10/2012 à 13:56

Par Guillaume Poulin-Goyer

Afin d'inciter au travail tous les contribuables, les gouvernements fédéral et québécois devraient mieux moduler leurs programmes sociaux destinés aux personne dont les revenus sont faibles et moyens, selon les auteurs d’une étude sur l’imposition implicite des Québécois.


Lire aussi un article paru dans le magazine A+: Un taux d'imposition à 80 % au Québec


Ainsi, les familles à revenu modestes peuvent être « imposées » à un taux implicite supérieur à 75 %, en raison de la modulation des programmes sociaux en fonction du revenu.


Si elle fait l'effort d'aller chercher un revenu additionnel de 1000 $, une famille ayant un revenu annuel autour de 40 000 $ subit une ponction fiscale beaucoup plus élevée qu'une famille gagnant 150 000 $ effectuant ce même effort, apprend-on dans l'étude L'imposition implicite des revenus additionnels : comment se compare le Québec ?, des auteurs Luc Godbout et Michaël Robert-Angers.


Cette situation, déjà exposée dans un rapport en 1984 ainsi qu'avec les courbes de Claude Laferrière, s'explique principalement par le fait que la première famille perdra en partie ses prestations fiscales au fur et à mesure que ses revenus augmentent. La deuxième famille n'ayant pas droit à ces prestations verra la ponction fiscale d'une hausse de ses revenus additionnels de 1000 $ moindre.


Le risque de cette situation est de favoriser l'inactivité chez les gens qui sont touchés par des taux implicites élevés. Ce problème est aussi appelé la « trappe à la pauvreté ».


Sur le même sujet

Payez-vous «au noir»?

13/08/2014 | Les Affaires Plus

On le sait tous, payez sous la table, ce n’est pas bien car cela prive le gouvernement de revenus. Mais parfois, ...

Ontario: les riches frappés par une hausse d'impôt

12/08/2014 | Gilles LeVasseur

1. Hausse des impôts Dans le dernier budget provincial de l’Ontario déposé il y a quelques ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les acquisitions, une force positive pour la Bourse

Tant que les taux seront bas et que les sociétés auront du capital à déployer, les transactions stimuleront les cours.

Êtes-vous vraiment utile à votre équipe?

Il y a 6 minutes | Olivier Schmouker

BLOGUE. Au travail, des équipes sont plus efficaces que d’autres. Et si ça ne tenait qu'à vous, dans le fond...

Mooney: pourquoi je reste positif à long terme envers la Bourse

Édition du 13 Septembre 2014 | Bernard Mooney

En dépit des manchettes négatives et des craintes géopolitiques, il ne faut jamais oublier le portrait global.