Comment adapter son portefeuille à la «coflation»

Publié le 01/11/2010 à 00:00, mis à jour le 01/11/2010 à 14:52

Comment adapter son portefeuille à la «coflation»

Publié le 01/11/2010 à 00:00, mis à jour le 01/11/2010 à 14:52

Par Marie-Claude Morin

Profitez de la dichotomie de l'inflation mondiale pour faire le plein d'actions d'entreprises étrangères.


Les pays développés flirtent avec la déflation (une baisse des prix), alors que les marchés émergents doivent contenir les pressions inflationnistes. Le phénomène, qui vient d'être baptisé " coflation " par Yonghao Pu, stratège chez UBS, durera encore un certain temps.


" Ce n'est pas une situation nouvelle, mais la différence [entre les pays développés et émergents] semble plus évidente maintenant que la reprise économique s'est installée et que la guerre des devises fait rage ", explique Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint à la Banque Laurentienne.


Une entente entre les principales puissances économiques sur la gestion des devises rééquilibrerait en partie les choses, mais il est impossible de prévoir quand un tel accord sera conclu ni quels en seraient les termes.


Il est normal que les pays à plus forte croissance affichent un taux d'inflation plus élevé, souligne Pierre Lapointe, stratège macro- mondial chez Brockhouse Cooper. La situation actuelle ne l'inquiète pas, car les autorités monétaires disposent d'une grande marge de manoeuvre. De plus, elles commencent à prendre des mesures pour contenir l'inflation, comme la Chine et le Brésil.


M. Lapointe est toutefois plus tiède à l'égard de l'Inde, parce que les autorités devront adopter des mesures d'austérité pour réduire le déficit.


Dans un contexte d'inflation liée à une forte croissance, les actions sortent gagnantes et les obligations, perdantes, souligne M. Lapointe. " Il y a également un gain de change potentiel intéressant pour les investisseurs canadiens, puisque les pays émergents augmenteront leurs taux d'intérêt pour contenir l'inflation, ce qui fera s'apprécier leur devise par rapport au dollar canadien. "


Ses secteurs favoris à l'échelle mondiale sont les ressources naturelles et les sociétés financières. " Leur valorisation et la croissance prévue des bénéfices en font des placements attrayants. "




image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

La Bourse démarre en lion, trop tôt pour fêter?

Mis à jour le 19/01/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Robots et espoirs soulèvent les cours, mais une remontée des taux guette si une reprise se confirmait.

À la une

La vague des micro-distilleries frappe la Belle Province

Édition du 12 Janvier 2019 | Daniel Germain

Aujourd'hui, on trouve une dizaine de vodkas québécoises et trois fois plus de gins made in Quebec.

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.