Aurez-vous une retraite confortable?

Publié le 13/09/2017 à 00:02

Craignez-vous d’arriver à la retraite avec plus de bons souvenirs derrière vous… que de capital disponible pour vos vieux jours? Pour espérer vivre la retraite envisagée, encore faut-il déjà avoir commencé à épargner! Alors, votre retraite sera-t-elle… confortable? C’est à François Bernier, directeur, techniques de planification avancées à la Financière Sun Life, qu’incombe aujourd’hui le défi de vous donner des pistes de réflexion pour répondre à cette délicate question. 


Où vous situez-vous actuellement? 


« L’étude américaine The Real Deal de la firme Aon Hewitt publiée en 2015 demeure riche d’enseignements », commence François. Le rapport offre certains indicateurs, adaptés à l’âge de l’épargnant, pour qu’il puisse évaluer sa progression sur le long chemin menant à la retraite. Ainsi, pour être considéré sur la voie d’une retraite confortable, on y indique qu’un investisseur de 35 ans doit avoir économisé l’équivalent de deux fois (2X) son salaire annuel. Vous avez 40 ans? Le barème grimpe alors à 4,3 X. « Pour un homme dont l’espérance de vie se trouve dans la médiane, le barème sera de 7,3 X et 11X son salaire annuel aux âges respectifs de 55 et 65 ans », ajoute-t-il. 


Ce même rapport suggère ainsi que vous devriez économiser annuellement l’équivalent de 17 % de votre salaire annuel, soit 5 % en provenance de l’employeur et 12 % par vos propres moyens, et ce, dès l’âge de 25 ans et jusqu’à 65 ans. « Mais si vous commencez à épargner à 35 ans, c’est le quart de vos revenus — 25 %, donc — qu’il vous faudra mettre de côté jusqu’à 65 ans », nuance François Bernier. C’est un gros défi, sachant qu’à cet âge, la dette hypothécaire demeure élevée et que les enfants peuvent imposer des frais de scolarité et d’activités! 


Cependant, il n’est jamais trop tard pour bien faire et il ne faut pas prendre ces données au pied de la lettre! Avec une planification adéquate, il est possible de réussir à préparer la retraite souhaitée, même tardivement. « Il y a cependant des priorités à déterminer et des sacrifices à faire », ajoute François. 


« Cette étude a le mérite de donner un coup de fouet, de faire prendre conscience que le statut quo n’est pas toujours acceptable », explique le professionnel. Ce dernier donne l’exemple réel d’un client, dont le barème indiqué suggère qu’à 49 ans, l’homme devrait avoir accumulé approximativement l’équivalent de 6X son salaire annuel. « Or, vérification faite, à l’heure actuelle, il a épargné 3,6 X », dit François Bernier. Et savez-vous quoi? Ce client se dirige droit vers sa retraite rêvée! Explications. 


Quel sera votre coût de vie à la retraite? 


Combien prévoyez-vous dépenser annuellement lorsque vous serez à la retraite? Combien vous faut-il d’argent pour assurer ce revenu annuel ? « C’est ce chiffre magique que vous devez connaître », dit-il. Certaines personnes peuvent décider de dépenser beaucoup pour voyager fréquemment durant la retraite, alors que d’autres souhaiteront plutôt jardiner tranquillement dans leur cour. C’est ainsi que le client mentionné précédemment aurait besoin de 6X son salaire annuel à l’âge de 65 ans, alors que le barème suggéré par l’étude précédente se situe à… 11X. « Il n’y a pas de loi universelle. C’est du cas par cas » résume ainsi de façon encourageante François Bernier. 


Fiez-vous à votre conseiller de confiance 


L’autre bonne nouvelle? Vous n’êtes pas seul dans cette aventure! Le conseiller est un excellent allié pour vous accompagner tout au long de celle-ci. Ce professionnel peut non seulement vous projeter dans le futur et faire les calculs requis en tenant compte de vos dépenses prévues et de l’inflation estimée, mais il peut aussi vous aider à planifier votre retraite en tenant compte des revenus envisagés et des prestations à recevoir de Retraite Québec (RRQ), de la Pension de la sécurité de la vieillesse (PSV) et du Supplément de revenu garanti (SRG), le cas échéant. « L’idéal demeure de planifier un rendez-vous annuel — comme chez le médecin! — pour poser un diagnostic sur votre situation », résume-t-il. 


Votre conseiller veillera aussi au grain : ce n’est pas le tout d’avoir accumulé des actifs, encore faut-il les gérer adéquatement au fil du temps! Celui-ci vérifie périodiquement la saine répartition d’actifs de votre portefeuille en fonction de votre horizon de placements. « L’épargnant qui se rapproche de la retraite pourrait s’intéresser davantage à la préservation de ses actifs », conclut d’ailleurs François Bernier. 


À RETENIR : 4 CONSEILS POUR MAINTENIR LE CAP 


• Ne laissez pas d’argent sur la table et récoltez tous les bénéfices financiers offerts par votre employeur, particulièrement en ce qui concerne le régime de retraite. 


• Favorisez l’épargne systématique par prélèvements automatiques. 


• Veillez à limiter vos frais de placement : pensez, par exemple, à regrouper vos actifs pour bénéficier des rabais offerts en gestion privée. 


• Protégez votre capacité à générer du revenu et limitez le risque associé à la maladie en souscrivant à une assurance invalidité et à une assurance maladies graves. 

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

Fiscalité des PME: Morneau tuerait-il la poule aux oeufs d’or?

BLOGUE. Un pan de la réforme de Bill Morneau priverait Ottawa de revenus plutôt que de lui en procurer davantage.

Pourquoi il y a incompétence au ministère des Finances du Canada

Mis à jour à 06:34 | Dany Provost

BLOGUE. Une guerre est déclenchée contre le ministère des finances du Canada. On se réveille enfin.

Les erreurs du fisc fédéral nous saignent, rage Yves Chartrand

20/09/2017 | Guillaume Poulin-Goyer

Le fiscaliste-vedette du Québec tire à boulets rouges sur le ministère des finances à Ottawa.