Mon éducation financière: Investir ou non dans des Fonds négociés en Bourse (FNB)

Publié le 14/01/2015 à 12:00

Mon éducation financière: Investir ou non dans des Fonds négociés en Bourse (FNB)

Publié le 14/01/2015 à 12:00

Par Les Affaires








Vous avez l’impression que vous payez trop cher en frais de gestion pour vos fonds communs de placement ? C’est souvent ce qu’on leur reproche, même s’ils permettent de répartir le risque en offrant une sorte de moyenne, un échantillon d’actions, d’obligations ou d’autres produits de placement.


Il existe une option, moins coûteuse : les fonds négociés en Bourse, aussi connus sous l’acronyme FNB.


Ces fonds sont inscrits à la Bourse. Ils peuvent être constitués d’actions, d’obligations, ou d’autres actifs comme des devises ou des produits de base comme les métaux précieux ou les marchandises.


La plupart des FNB imitent simplement le rendement d’un indice de référence. C’est cette gestion plus passive qui fait en sorte que les FNB sont moins coûteux en frais de gestion que les traditionnels fonds communs de placement.


Actuellement, au Canada, des FNB facturent des frais de gestion annuels aussi bas que 0,05 %, aussi bien dire zéro ! C’est dérisoire, si on les compare aux frais de gestion des fonds communs, en moyenne de 1 à 3 % par année, qui grugent le rendement sur les placements des investisseurs.


Les taux d’intérêt étant au plancher depuis plusieurs années, il n’est pas étonnant que les FNB soient plus populaires que jamais. Ils ont d’ailleurs connu une croissance spectaculaire partout dans le monde depuis leur apparition dans les années 1990. Aujourd’hui, une dizaine de fournisseurs offrent plus de 400 FNB au Canada.


Les investisseurs y recourent soit pour un placement passif à long terme, soit pour chercher un profit à court terme selon les hauts et les bas du marché, comme pour n’importe quel produit négocié en Bourse. C’est pourquoi il existe plusieurs types de FNB.


Chose certaine, comparés à d’autres outils de placement, ces fonds offrent plusieurs avantages.


D’abord, ils permettent de diversifier un portefeuille à peu de frais et donc, de maximiser les revenus de placement.


Ensuite, on conserve des liquidités ; on peut en effet acheter ou vendre des parts de FNB sur les marchés à tout moment, ce qui n’est pas le cas avec les fonds communs qui se négocient une fois par jour.


Enfin, les FNB sont généralement transparents ; la composition de leur portefeuille est rendue publique quotidiennement. On sait donc toujours où notre argent est investi.


Toutefois, il faut savoir qu’on peut aussi perdre de l’argent avec un FNB ; le niveau de risque dépend toujours de la composition du fonds. Il n’y a pas de garantie pour l’avenir et on peut avoir des surprises… comme c’est toujours le cas en Bourse.


De plus, plusieurs investisseurs peuvent être étourdis devant le nombre grandissant de FNB disponibles sur le marché, tous genres confondus. Il faut donc prendre le temps de se renseigner sur les FNB au moyen des prospectus et des sites de courtage en ligne, ou auprès de son conseiller financier.


Et comme toujours, il faut un FNB qui correspond à vos objectifs et à votre profil d’investisseur !


 


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Un nouveau quartier naîtra aux abords du Pont Jacques-Cartier

15/01/2019 | Martin Jolicoeur

Laissé à l'abandon depuis des décennies, le développement de ce quadrilatère améliorera l'image du secteur.

Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit

Mis à jour le 15/01/2019 | AFP

À deux mois et demi de la date prévue de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'incertitude persiste.

Legault courtisera de nouveaux investisseurs étrangers en France

En une année, le Québec transige davantage avec l’État américain du Texas qu’avec la France tout entière.