Mon éducation financière: Investir ou non dans des Fonds négociés en Bourse (FNB)

Publié le 14/01/2015 à 12:00

Mon éducation financière: Investir ou non dans des Fonds négociés en Bourse (FNB)

Publié le 14/01/2015 à 12:00

Par Les Affaires








Vous avez l’impression que vous payez trop cher en frais de gestion pour vos fonds communs de placement ? C’est souvent ce qu’on leur reproche, même s’ils permettent de répartir le risque en offrant une sorte de moyenne, un échantillon d’actions, d’obligations ou d’autres produits de placement.


Il existe une option, moins coûteuse : les fonds négociés en Bourse, aussi connus sous l’acronyme FNB.


Ces fonds sont inscrits à la Bourse. Ils peuvent être constitués d’actions, d’obligations, ou d’autres actifs comme des devises ou des produits de base comme les métaux précieux ou les marchandises.


La plupart des FNB imitent simplement le rendement d’un indice de référence. C’est cette gestion plus passive qui fait en sorte que les FNB sont moins coûteux en frais de gestion que les traditionnels fonds communs de placement.


Actuellement, au Canada, des FNB facturent des frais de gestion annuels aussi bas que 0,05 %, aussi bien dire zéro ! C’est dérisoire, si on les compare aux frais de gestion des fonds communs, en moyenne de 1 à 3 % par année, qui grugent le rendement sur les placements des investisseurs.


Les taux d’intérêt étant au plancher depuis plusieurs années, il n’est pas étonnant que les FNB soient plus populaires que jamais. Ils ont d’ailleurs connu une croissance spectaculaire partout dans le monde depuis leur apparition dans les années 1990. Aujourd’hui, une dizaine de fournisseurs offrent plus de 400 FNB au Canada.


Les investisseurs y recourent soit pour un placement passif à long terme, soit pour chercher un profit à court terme selon les hauts et les bas du marché, comme pour n’importe quel produit négocié en Bourse. C’est pourquoi il existe plusieurs types de FNB.


Chose certaine, comparés à d’autres outils de placement, ces fonds offrent plusieurs avantages.


D’abord, ils permettent de diversifier un portefeuille à peu de frais et donc, de maximiser les revenus de placement.


Ensuite, on conserve des liquidités ; on peut en effet acheter ou vendre des parts de FNB sur les marchés à tout moment, ce qui n’est pas le cas avec les fonds communs qui se négocient une fois par jour.


Enfin, les FNB sont généralement transparents ; la composition de leur portefeuille est rendue publique quotidiennement. On sait donc toujours où notre argent est investi.


Toutefois, il faut savoir qu’on peut aussi perdre de l’argent avec un FNB ; le niveau de risque dépend toujours de la composition du fonds. Il n’y a pas de garantie pour l’avenir et on peut avoir des surprises… comme c’est toujours le cas en Bourse.


De plus, plusieurs investisseurs peuvent être étourdis devant le nombre grandissant de FNB disponibles sur le marché, tous genres confondus. Il faut donc prendre le temps de se renseigner sur les FNB au moyen des prospectus et des sites de courtage en ligne, ou auprès de son conseiller financier.


Et comme toujours, il faut un FNB qui correspond à vos objectifs et à votre profil d’investisseur !


 

À suivre dans cette section

L'assurance vie en 10 questions
Édition du 22 Septembre 2018 | Daniel Germain

image

Gestion de l'innovation

Jeudi 20 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Universitas en rappel

18/09/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!

Les bonnes raisons de souscrire une assurance vie

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi devrait-on souscrire une assurance vie? Voici des raisons qui pourraient en justifier l’achat.

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

19/09/2018 | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

19/09/2018 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.