Vente sur plan: des nouveaux recours pour les acheteurs

Publié le 28/09/2012 à 17:06, mis à jour le 28/09/2012 à 17:21

Vente sur plan: des nouveaux recours pour les acheteurs

Publié le 28/09/2012 à 17:06, mis à jour le 28/09/2012 à 17:21

Par Dominique Froment

Si vous achetez une bouteille de shampoing à 5 $ et que vous vous apercevez qu¹elle ne contient pas la quantité indiquée, vous avez la loi de votre bord. Mais si votre condo compte 50, 100 ou 200 pieds carrés de moins que déclaré par le promoteur - à 300 $, 400 $ et même 500 $ le pied carré au centre-ville de Montréal - vous n’avez pas beaucoup de recours. Mais les choses sont en train de changer, comme le montre ce jugement de la Cour du Québec, daté du 21 mars 2011.


Rashmi Patel reproche au promoteur Condominiums Centro de lui avoir livré une unité de condominium de 777 pi2, soit 127 pi2 de moins que la superficie brute de 904 pi2 achetée sur plan. Mme Patel réclame par conséquent 30 300$ au promoteur. Pour se défendre, celui-ci plaide que Mme Patel était au courant que la superficie brute «peut différer substantiellement» de la superficie calculée lors de la confection du certificat de localisation. Dans son analyse, le juge Daniel Dortélus mentionne que «Le fait que la superficie de 904 pi2 indiquée sur l’offre préliminaire d’achat comme étant approximative n’exonère pas la défenderesse de son obligation légale en vertu de l’article 1720 du Code civil du Québec qui énonce que [le vendeur est tenu de délivrer la contenance ou la quantité indiquée au contrat, que la vente ait été faite à raison de tant la mesure ou pour un prix global...]»


Le juge Dortélus ajoute plus loin: «L’article 1058 prévoit que toute personne a le devoir d’honorer les engagements qu¹elle a contractés. La défenderesse (ndlr: Condominiums Centro) manque à cette obligation...» Même si le constructeur prétend qu’un déficit de superficie de l’ordre de 20% entre la superficie promise et celle apparaissant sur le certificat de localisation est normal et acceptable dans le secteur de la vente de condos sur plan, le juge note que si c’est le cas, le constructeur a manqué à son obligation d’informer Mme Patel que le déficit de superficie pouvait être de l’ordre de 20%. «Une telle pratique de livrer un bien non conforme à la réalité constitue une pratique interdite au sens de la Loi sur la protection du consommateur.»


Des contrats plus précis (page suivante)


À suivre dans cette section


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Objectif Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

Montréal-Est en mode grande séduction

19/05/2017 | Matthieu Charest

Afin de se débarrasser de ses démons pétrochimiques, Montréal-Est s’apprête à accueillir un projet résidentiel de 35 M$.

Il est chaud, le marché des chalets

16/05/2017 | Matthieu Charest

La demande pour les propriétés de villégiatures s’accélère. Des occasions à perte de vue, sauf pour les copropriétés.

À la une

Terrorisme: quel prix sommes-nous prêts à payer pour la sécurité?

ANALYSE. Les terroristes s’adaptent constamment aux mesures et aux contrôles mis en place pour les combattre.

Dorel ne chôme pas en attendant l'éventuelle mise en vente

Dorel redouble d'efforts pour fouetter sa performance dans le marché impitoyable des vélos et des articles pour enfants.

La belle italienne qui fait fureur

27/05/2017 | Matthieu Charest

Les fermetures de grandes bannières se succèdent, mais la chaîne italienne Eataly n’en finit plus de croître.