Une hausse de taux menacerait les finances de trois ménages sur quatre

Publié le 23/10/2012 à 08:17, mis à jour le 23/10/2012 à 09:48

Une hausse de taux menacerait les finances de trois ménages sur quatre

Publié le 23/10/2012 à 08:17, mis à jour le 23/10/2012 à 09:48

Par Stéphane Rolland

Photo: Les Affaires

Les Canadiens sont toujours optimistes à l'égard du marché immobilier, mais cette confiance est très fragile. Il ne suffirait que d’un léger revers pour que la situation change du tout au tout, selon le portrait dévoilé par le service d’études économiques de la Banque de Montréal. (BMO).


PLUS : la Banque du Canada moins encline à hausser les taux


Les propriétaires canadiens ont une infime marge de manoeuvre. Une faible hausse de leurs mensualités hypothécaires mettrait sous pression le budget de 72% des ménages du pays, selon les répondants d’un sondage effectué par la banque.


Les Canadiens n’en demeurent pas moins optimistes pour l’avenir du marché. Près de la moitié (46%) des propriétaires, autrement dit ceux qui sont déjà dans le marché, prévoient faire un achat d’ici cinq ans.


En moyenne, les Canadiens estiment que le prix des maisons augmentera de 2% l’an prochain.


Des achats reportés, une épargne réduite


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

L'écologisme supplantera-t-il le capitalisme?

28/11/2015 | François Normand

ANALYSE (COP21). Seul le capitalisme naturel pourrait concilier croissance et protection de l'environnement.

Le Canada promet 2,65 milliards $ pour les pays en développement

27/11/2015

Le Canada va allouer 2,65 milliards de dollars canadiens sur cinq ans pour aider les pays en développement.

À la une

Investir dans le pot

Édition du 18 Juin 2016 | Stéphane Rolland

Ce «nouveau marché» se chiffrerait en milliards de dollars et grandirait à une vitesse phénoménale.

Marijuana: des experts conseilleront Ottawa sur la légalisation

Décider qui a le droit de produire la marijuana, qui et comment elle pourra être vendue...

Vidéo: trois titres boursiers pour résister au Brexit

01/07/2016 | Denis Lalonde

La baisse généralisée de 2 séances qui a frappé les marchés boursiers après le Brexit a rendu certains titres attrayants