Flambée immobilière: l'Ontario prend le taureau par les cornes

Publié le 20/04/2017 à 11:49

Flambée immobilière: l'Ontario prend le taureau par les cornes

Publié le 20/04/2017 à 11:49

Par

L'Ontario souhaite refroidir la surchauffe immobilière dans la région de Toronto en imposant un impôt de 15% sur la spéculation pour les non-résidents, en renforçant la protection des locataires contre les hausses de loyers soudaines et substantielles, en permettant à la métropole d'imposer un impôt sur les propriétés vacantes et en utilisant des terrains excédentaires pour construire des logements abordables.


La première ministre Kathleen Wynne a annoncé jeudi que l'impôt de 15% serait imposé aux acheteurs de la région élargie du Golden Horseshoe qui ne sont pas des citoyens, des résidants permanents ou des sociétés canadiennes.


Lors de l'adoption de la loi, l'impôt sera rétroactif au 21 avril 2017.


Mme Wynne estime que les nouvelles mesures sur l'immobilier rendront la recherche d'un endroit où habiter un peu plus facile, un peu moins frénétique et beaucoup plus juste.


La province a également élargi les mesures de contrôle des loyers, qui ne s'appliquent actuellement qu'aux unités construites avant novembre 1991, répondant ainsi aux demandes des locataires de nouvelles constructions, qui se sont plaints des hausses importantes de loyers qu'ils ont subies.


Le maire de Toronto, John Tory, avait déjà souhaité l'imposition d'un impôt sur les propriétés vacantes, et Mme Wynne a indiqué que l'Ontario permettrait à Toronto et aux autres municipalités intéressées d'imposer un tel impôt afin d'encourager les propriétaires à vendre ou louer leurs propriétés libres.


Benoit P. Durocher, économiste chez Desjardins, souligne dans une note que le prix moyen des propriétés existantes dans le Grand Toronto a augmenté de 33% depuis un an pour atteindre 893091$ en mars 2017.


Un plan de 16 mesures


Le plan immobilier du gouvernement provincial libéral contient 16 mesures au total, dont une visant à identifier les terrains excédentaires appartenant à la province afin de les utiliser pour construire des logements abordables. La remise d'une partie des redevances d'aménagement pour encourager la construction d'immeubles à logements et une révision des pratiques des agents immobiliers sont aussi prévues.


Ces mesures visent à ralentir le marché immobilier de la grande région de Toronto, où le prix moyen des maisons isolées est monté à 1,21 million de dollars le mois dernier, une hausse de 33,4 pour cent comparativement à l'année précédente

À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

Sur le même sujet

Acheter une maison, quel mauvais investissement!

18/08/2017 | Daniel Germain

BLOGUE. Les jeunes se fourvoient en croyant que l’achat d’une maison représente un bon investissement. Voici pourquoi.

50 000$ par année: combien faut-il dans le REER?

17/08/2017 | Daniel Germain

Cet investisseur immobilier et sa conjointe peuvent envisager une retraite sans soucis dès l'âge de 60 ans.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour il y a 29 minutes

La première séance de la semaine risque de ne pas plaire aux investisseurs.

Comment devenir un fabuleux pêcheur de perles rares?

BLOGUE. C'est avant tout une question de méthode, comme l'a dévoilé Tom Williams au dernier StartupFest Montréal.

De plus en plus isolé, Trump a-t-il la capacité de poursuivre ses réformes?

Il y a 3 minutes | LesAffaires.com et AFP

Baisse des impôts, dépenses massives d'infrastructures et accords commerciaux, l'agenda présidentiel reste lourd.