Quand des conjoints de fait achètent une maison avec des mises de fonds inégales

Publié le 02/04/2014 à 14:11

Quand des conjoints de fait achètent une maison avec des mises de fonds inégales

Publié le 02/04/2014 à 14:11

Par Institut québécois de planification financière

Quand deux conjoints de fait décident d’acheter une maison ensemble, que peuvent-ils faire afin de reconnaître qu’ils ont contribué de façon inégale à la mise de fonds initiale?


Les conjoints de fait ne sont pas reconnus par le Code civil du Québec et les règles du patrimoine familial ne s’appliquent pas à eux. Il est donc important qu’ils signent entre eux une convention qui reconnaîtra l’apport de chacun et de quelle façon ils contribueront aux paiements de l’hypothèque et aux autres dépenses reliées à la maison.


Lorsque les conjoints ont contribué de façon inégale à la mise de fonds initiale, cette convention pourrait prévoir une reconnaissance de dette de la part du conjoint qui a le moins contribué. Par exemple, si un couple a acheté une maison à un prix de 200 000 $ et qu’un seul des conjoints a fait le dépôt initial de 40 000 $, la convention pourrait prévoir que le deuxième conjoint a une dette de 20 000 $ envers le premier, et de quelle façon il devra le rembourser. On peut prévoir que des intérêts devront également être payés. 


Et si les conjoints préfèrent ne pas prévoir de modalités de remboursement à court terme, y a-t-il d’autres solutions?


Oui, il serait possible de prévoir dans la convention qu’à la revente de la maison, le conjoint ayant fait le dépôt initial récupérera sa mise de fonds ainsi que la plus-value (le profit) proportionnelle que la maison aura générée. Reprenons l'exemple d'une maison achetée au prix de 200 000 $. Un des conjoints fait un dépôt initial de 40 000 $, c'est-à-dire 20 % de la valeur de la maison. Si le couple vend la maison alors qu'elle vaut 250 000 $, c’est-à-dire qu’elle a pris 50 000 $ de valeur, ce conjoint récupérera son dépôt initial de 40 000 $ plus 20 % du profit de 50 000 $ (10 000 $), donc, au total, il récupérera 50 000 $. Les deux conjoints pourraient se partager ensuite 50/50 le reste de la valeur après hypothèque de la maison. 


Si cette formule ne convient pas aux conjoints, est-ce qu’il est possible de prévoir autre chose? 


Absolument, différentes formules peuvent être prévues dans la convention dépendamment de ce que veulent les conjoints. L’important est d’être bien informé de l’impact financier des différentes formules possibles.


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

Combien vaudra votre maison dans cinq ans ?

Édition du 23 Septembre 2017 | S.R.

La valeur de votre maison pourrait chuter d'ici cinq ans, mettant fin à une tendance haussière qui dure depuis ...

Portrait immobilier de Côte-des-Neiges et de Villeray

19/09/2017 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Comment se porte l'immobilier dans les deux arrondissements les plus populeux de la ville de Montréal?

À la une

Fiscalité des PME: Morneau tuerait-il la poule aux oeufs d’or?

BLOGUE. Un pan de la réforme de Bill Morneau priverait Ottawa de revenus plutôt que de lui en procurer davantage.

Pourquoi il y a incompétence au ministère des Finances du Canada

Mis à jour à 06:34 | Dany Provost

BLOGUE. Une guerre est déclenchée contre le ministère des finances du Canada. On se réveille enfin.

Les erreurs du fisc fédéral nous saignent, rage Yves Chartrand

20/09/2017 | Guillaume Poulin-Goyer

Le fiscaliste-vedette du Québec tire à boulets rouges sur le ministère des finances à Ottawa.