Maison: le nouvel investissement à la mode à la Silicon Valley

Publié le 19/02/2018 à 08:47

Maison: le nouvel investissement à la mode à la Silicon Valley

Publié le 19/02/2018 à 08:47

Par lesaffaires.com

Image tirée de la page Facebook de Landed, qui prend des participations immobilières.

Quand tous les investissements traditionnellement ciblés par les investisseurs en capital de risque sont chers, que reste-t-il? L’immobilier, pardi!


Des start-up aux poches profondes, dont celles épaulées par le célèbre investisseur Andreessen Horowitz ou encore l’organisation philanthropique du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, testent un nouveau produit qui leur permet de prendre une participation dans une maison aux côtés de son propriétaire.


L’entente, appelée contrat de propriété partagée, procure aux investisseurs une nouvelle façon de profiter de l’appréciation des maisons aux États-Unis, explique le Wall Street Journal.


Ce produit aide les nouveaux acheteurs à réunir la mise de fonds nécessaire pour leur acquisition, ou vise à fournir à des propriétaires existants une source alternative pour l’obtention d’un prêt immobilier ou d’un refinancement.


En échange d’une somme d’argent pour réunir leur mise de fonds, les acheteurs s’engagent par exemple à remettre une partie de l’appréciation future de leur propriété à la firme.


Les acheteurs aux moyens financiers limités peuvent ainsi éviter les coûteuses assurances hypothécaires.


Landed Inc. est une de ces sociétés qui offrent des contrats de mises de fonds à des professeurs et autres professionnels de l'enseignement. Landed a reçu un appui financier de 5M$US de la fondation Chan Zuckerberg Initiative pour lancer son premier fonds.


La durée de ces contrats peut être de quelques années et s'étendre jusqu’à 30 ans. Ceux qui y ont recourt peuvent rembourser le montant prêté de façon anticipée, s’ils décident par exemple de vendre leur maison avant terme.


Important avantage de ce produit: il ne requiert aucun paiement mensuel puisqu’il repose sur une prise de participation et non un prêt hypothécaire.


Autre élément notable: advenant une baisse de valeur de la propriété, les firmes qui prennent des participations encaissent une partie de la perte. Ce qui limite le risque des acheteurs.


Ce marché reste pour l’heure embryonnaire, mais son développement est certainement à suivre.


Texte rédigé par Yannick Clérouin, avec le Wall Street Journal.

À suivre dans cette section

L'assurance vie en 10 questions
Édition du 22 Septembre 2018 | Daniel Germain

image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Combien de temps les Québécois demeurent-ils propriétaires?

Mis à jour le 18/09/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Environ la moitié des acheteurs d'unifamiliales auront revendu leur propriété d'ici douze ans.

À la une

10 choses à savoir vendredi

Il y a 9 minutes | Alain McKenna

Ticketmaster gonfle le prix des billets, le cannabis va gonfler le PIB en 2019, Angry Birds en réalité augmentée!

La planification successorale au-delà du testament

BLOGUE INVITÉ. La planification de notre inaptitude, c’est pour nous : nous serons encore là et vulnérable.

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.