Maison: le nouvel investissement à la mode à la Silicon Valley

Publié le 19/02/2018 à 08:47

Maison: le nouvel investissement à la mode à la Silicon Valley

Publié le 19/02/2018 à 08:47

Par lesaffaires.com

Image tirée de la page Facebook de Landed, qui prend des participations immobilières.

Quand tous les investissements traditionnellement ciblés par les investisseurs en capital de risque sont chers, que reste-t-il? L’immobilier, pardi!


Des start-up aux poches profondes, dont celles épaulées par le célèbre investisseur Andreessen Horowitz ou encore l’organisation philanthropique du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, testent un nouveau produit qui leur permet de prendre une participation dans une maison aux côtés de son propriétaire.


L’entente, appelée contrat de propriété partagée, procure aux investisseurs une nouvelle façon de profiter de l’appréciation des maisons aux États-Unis, explique le Wall Street Journal.


Ce produit aide les nouveaux acheteurs à réunir la mise de fonds nécessaire pour leur acquisition, ou vise à fournir à des propriétaires existants une source alternative pour l’obtention d’un prêt immobilier ou d’un refinancement.


En échange d’une somme d’argent pour réunir leur mise de fonds, les acheteurs s’engagent par exemple à remettre une partie de l’appréciation future de leur propriété à la firme.


Les acheteurs aux moyens financiers limités peuvent ainsi éviter les coûteuses assurances hypothécaires.


Landed Inc. est une de ces sociétés qui offrent des contrats de mises de fonds à des professeurs et autres professionnels de l'enseignement. Landed a reçu un appui financier de 5M$US de la fondation Chan Zuckerberg Initiative pour lancer son premier fonds.


La durée de ces contrats peut être de quelques années et s'étendre jusqu’à 30 ans. Ceux qui y ont recourt peuvent rembourser le montant prêté de façon anticipée, s’ils décident par exemple de vendre leur maison avant terme.


Important avantage de ce produit: il ne requiert aucun paiement mensuel puisqu’il repose sur une prise de participation et non un prêt hypothécaire.


Autre élément notable: advenant une baisse de valeur de la propriété, les firmes qui prennent des participations encaissent une partie de la perte. Ce qui limite le risque des acheteurs.


Ce marché reste pour l’heure embryonnaire, mais son développement est certainement à suivre.


Texte rédigé par Yannick Clérouin, avec le Wall Street Journal.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

Sur le même sujet

À la une: à quoi sert votre entreprise?

Édition du 23 Février 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, faites croître votre... mission!

Immobilier: de la croissance dans les régions du Québec

19/02/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. L'immobilier a progressé dans la majorité des régions du Québec en 2018, malgré une remontée des taux.

À la une

Le camionneur TFI sur les rangs pour un achat opportuniste aux États-Unis

TFII a fait une offre pour les actifs de livraison au dernier kilomètre de l'Américaine BeavEx en faillite.

SNC-Lavalin dévoile une perte de 1,6G$, coupe son dividende

Mis à jour à 11:32 | Denis Lalonde

SNC-Lavalin a fait état d’une perte nette de 1,6 milliard $ (G$) au 4e trimestre, soit l’équivalent de 9,11$ par action.

À surveiller: Loblaw, Valener et Gildan

Que faire avec les titres de Loblaw, Valener et Gildan? Voici quelques recommandations d'analystes.