Comment le RAP peut vous faire épargner des milliers de dollars

Publié le 09/02/2017 à 10:24

Comment le RAP peut vous faire épargner des milliers de dollars

Publié le 09/02/2017 à 10:24

Par Institut québécois de planification financière

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) augmentera ses primes d’assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants le 17 mars 2017. Quel sera l’impact pour ceux qui veulent utiliser le Régime d’accession à la propriété (RAP)?


Voyons d’abord comment fonctionne l’assurance prêt hypothécaire de la SCHL. Plusieurs règles s’appliquent lors du financement hypothécaire d’une résidence. Voici les principales :



  • Lorsque leur mise de fonds est inférieure à 20 %, les acheteurs doivent assurer leurs emprunts hypothécaires contre un défaut de paiement de leur part. Cela leur permet de bénéficier d’un taux d’emprunt plus avantageux, puisque le risque assumé par l’institution financière est plus faible.

  • La mise de fonds minimale est de 5 % pour les propriétés dont la valeur est inférieure ou égale à 500 000 $. Pour les propriétés qui dépassent cette valeur, la mise de fonds minimale est de 5 % sur les premiers 500 000 $ et de 10 % sur l’excédent.

  • La prime exigée varie selon l’apport du ou des propriétaires et s’applique sur l’ensemble de l’emprunt. Au Québec, cette prime est assujettie à la taxe sur l’assurance collective de 9 %.


Pour plus de détails




Le Tableau 1 illustre ces principales modifications de taux pour l’assurance prêt hypothécaire.



Et le RAP, là-dedans?


Le régime d'accession à la propriété (RAP) permet d’emprunter jusqu’à 25 000 $ de son propre REER pour acheter ou construire une habitation admissible. C’est un emprunt qu’il faut rembourser graduellement, sinon il deviendra alors un retrait imposable du REER.


Un des avantages du RAP est qu’il permet de faire une mise de fonds plus importante, ce qui fait diminuer le coût des primes de l’assurance prêt hypothécaire.  À titre d’exemple, un couple achète une résidence dont la valeur est de 300 000 $. Leur mise de fonds est le minimum, soit 5 %. Les tableaux 2 (primes actuelles de la SCHL) et 3 (primes à partir du 17 mars) illustrent trois scénarios :



  • Le premier est sans l’utilisation du RAP.

  • Le second prévoit qu’un des deux conjoints utilise le RAP au maximum, soit 25 000 $. Les résultats sont identiques si les deux utilisent le RAP pour 12 500 $ chacun.

  • Le troisième scénario prévoit que les deux conjoints utilisent le RAP au maximum, pour un total de 50 000 $.




Nous pouvons constater que le recours au RAP procure des économies substantielles sur la prime d’assurance, même avec les changements de taux qui s’en viennent. Cependant, il ne faut pas succomber à la tentation d’acheter une résidence plus chère parce que cela procure parfois un faux sentiment de richesse. Il faut toujours s’assurer que les paiements découlant de l’achat d’une propriété (y compris le remboursement du RAP) sont tolérables dans le budget. Rien ne sert d’avoir la plus belle maison du quartier si les paiements nous empêchent de bien y dormir!


Denis Preston, CPA, CGA, FRM, Pl. Fin.


 

Sur le même sujet

Vos placements se limitent-ils à votre voisinage?

02/12/2015 | Morningstar

Le favoritisme national peut conduire à une mauvaise diversification et à des risques inutiles.

L'avarice, ce défaut détestable

01/12/2015 | Daniel Germain

BLOGUE. Il n'y a pas de meilleur moyen pour faire mauvaise impression qu'être pingre. Rien à voir avec la frugalité.

À la une

Un nouveau sommet pour Mont-Tremblant

Édition du 11 Février 2017 | Claudine Hébert

Il y a près de 25 ans, Intrawest jetait son dévolu sur Mont-Tremblant pour en faire la destination de ski numéro un ...

Une compétition d'apprentis prévisionnistes pour sensibiliser à l'économie

08:18 | LesAffaires.com et AFP

Alors que le président conteste la véracité du taux de chômage, des écoles américaines lancent un concours d'économie.

«Le Canada doit tenir tête à Trump», selon le Mexique

Mis à jour à 08:23 | LesAffaires.com et AFP

C'est ce que soutient le ministre mexicain de l'Économie, Ildefonso Guajardo, en entrevue au Globe and Mail.