Mini guide pour le travailleur autonome globe trotter

Publié le 06/03/2017 à 09:41

Mini guide pour le travailleur autonome globe trotter

Publié le 06/03/2017 à 09:41

Par Claudine Hébert

Quand on est blogueur, programmeur informatique, designer, pigiste ou consultant, le bureau n’a pas besoin d’être à la maison. En fait, il suffit d’une excellente connexion Internet, d’un portable et d’une assurance voyage santé blindée, et cet espace de travail peut se trouver partout sur le globe.


Le site NomadList.com dresse justement un palmarès des meilleures villes où les «technomades» adorent travailler à distance. Selon les utilisateurs, Chiang Mai, en Thaïlande, arrive au premier rang pour son coût de la vie (594$ US par mois), la qualité de la connexion Internet (35Mbps) et son climat tropical.


Remarquez, sur le plan fiscal, aller gagner sa vie sous des cieux plus exotiques, quelques mois par année, ne cause pas de problèmes. Pourvu que l’on suive les règles. À commencer par les taxes de ventes de produits et services.


Au Québec, toute personne qui exerce des activités commerciales dont les revenus excèdent 30 000$ sur 12 mois consécutifs doit être inscrite aux fichiers de la TPS et de la TVQ. On peut même s’y inscrire avant d’avoir franchi ce cap. « Dès l’inscription, vous pouvez récupérer à 100% la plupart des taxes reliées aux achats et dépenses de votre entreprise. Dépenses qui sont déductibles d’impôts», souligne Claudine Poitras, présidente de Fisccom. L’experte en comptabilité a publié en 2015 Le Guide pour travailleur autonome.


Afin de venir en aide aux quelque 600 000 travailleurs autonomes de la province, Claudine Poitras a réuni dans ce guide toutes les informations à l’égard de ces travailleurs qui représentent 13,6% de la population active au Québec.


Frais de représentation et de déplacements, factures de papeterie, facture d’équipements électroniques, factures de téléphone, Internet…il faut tout conserver. « Le relevé de carte de crédit ne vaut rien. Le gouvernement veut des factures », insiste Claudine Poitras.


Si les clients sont situés au Québec, les taxes provinciale et fédérale doivent être ajoutées aux factures. S’ils se trouvent ailleurs au Canada, c’est autre chose. «Selon les provinces, il faudra ajouter la taxe fédérale ou la taxe harmonisée à vos factures. Par ailleurs, si ces clients se trouvent à l’extérieur du pays, aucune taxe n’est à percevoir», explique Claudine Poitras. Pour les paiements en devises étrangères, on inscrit à ses revenus le montant en argent canadien en fonction du taux de change au moment du dépôt.


Autre conseil


Le travailleur autonome globe-trotter a intérêt à détenir une marge de crédit pour l’aider à financer les frais d’exploitation, les coûts liés au démarrage de son entreprise ou encore pour pallier à une dépense soudaine, tel un retour urgent au pays. «N’attendez pas toutefois de négocier ce prêt à montant délimité le jour où vous êtes en affaires. Faites-le avant de quitter votre emploi », suggère Michel Fortin, directeur général de l’organisme SAJE, accompagnateurs d’entrepreneurs. Cet organisme vient en aide à plus de 850 entrepreneurs et travailleurs autonomes chaque année.


Lorsqu’on voyage partout sur la planète, le cancer, la dépression, la fatigue chronique, les maladies cardiaques sont loin de faire partie nos préoccupations. D’après les statistiques, la probabilité de devenir invalide pendant une période de 90 jours et plus, au moins une fois avant l’âge de 65 ans, est d’une sur 3. La prime mensuelle d’assurance-invalidité coûte en moyenne de 50$ à 150$ selon l’âge. Ce qui permet de recevoir des prestations non imposables d’environ 2950$ par mois, après un délai de carence de 90 jours, jusqu’à l’âge de 65 ans. Et mesdames, prenez note que la prime nous coûte plus cher. Les statistiques démontrent que les femmes tombent plus souvent invalides et le sont plus longtemps que les hommes.


Et les impôts? Comment le technomade doit-il procéder à la fin de chacune de ses années fiscales? «Tant et aussi longtemps que le travailleur autonome conserve ses liens avec le Canada (passeport, permis automobile, compte bancaire…), il est tenu de payer ses impôts avant le 30 avril de chaque année et de produire sa déclaration au plus tard le 15 juin», rappelle Claudine Poitras.


Et soyez averti. Une des principales surprises qui attend les travailleurs autonomes réside dans la déclaration de revenus. «Peu importe les revenus effectués dans une année, le travailleur autonome doit assumer en entier le paiement de son régime des rentes et les prestations d’assurances parentales et santé. Ce montant qui peut représenter jusqu’à 5000$ s’ajoute aux impôts à payer», conclut Claudine Poitras.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Metro: les faits saillants de la conférence avec les analystes

Il y a 49 minutes | Stéphane Rolland

Le point sur le commerce en ligne, l’intégration de Jean Coutu et l’inflation alimentaire.

Metro reprend les rachats d'actions

Après une pause d’un an pour rembourser de la dette, l’épicier relance son programme de rachat d’actions.

Bourse: le pire est-il passé?

BLOGUE. Un stratège de Montréal nous livre ses repères pour le S&P 500, les puces américaines et le pétrole canadien.