Les secrets de vos avis de cotisation

Publié le 13/05/2014 à 13:40

Les secrets de vos avis de cotisation

Publié le 13/05/2014 à 13:40

Par Institut québécois de planification financière

Vous avez soumis vos déclarations de revenus et vous recevez maintenant vos avis de cotisation (fédéral et provincial). Ces documents présentent vos données fiscales, indiquent tout changement qui aurait pu être apporté à la déclaration que vous avez produite et indiquent votre facture fiscale pour l’année visée.


Vous aurez remarqué que ces avis sont envoyés peu de temps après que vous avez produit votre déclaration et que les données qu’ils indiquent ne diffèrent généralement pas de celles que vous avez incluses à la déclaration. Ce processus rapide est possible parce que ces avis de première cotisation ne sont pas définitifs. En effet, lorsque le contribuable est un particulier, les autorités fiscales ont la possibilité d’émettre des avis de nouvelle cotisation (changer le montant des impôts payables pour l’année visée) pendant la période de trois ans qui suit la date d’envoi du premier avis de cotisation*.


Ce délai de prescription est augmenté à six ans pour les années visées par un report rétrospectif, comme lorsqu’un contribuable réalise une perte en capital au cours d’une année et décide de l’utiliser à l’encontre d’un gain en capital réalisé dans une année antérieure. Aussi, il faut savoir que le fait de produire une déclaration fiscale amendée (par exemple parce qu’on a oublié de réclamer un crédit d’impôt auquel on avait droit) remet le compteur à zéro en ce qui concerne le délai de prescription.


Avis de cotisation fédéral


Ce document donne beaucoup d’information importante, notamment votre état du maximum déductible au titre des REER/RPAC pour l’année qui commence. L’information apparaissant à ce tableau vous permet de connaître le montant que vous pourriez cotiser à votre REER (ou à un RPAC) sans que des pénalités pour cotisations excédentaires s’appliquent**.


Maximum déductible au titre des REER/RPAC (montant A) : Il s’agit du montant le plus élevé que vous pourriez déduire à titre de cotisation à un REER.


Cotisations inutilisées à un REER/RPAC disponibles (montant B) : Il s’agit des cotisations que vous avez faites à un REER, mais que vous n’avez jamais déduites, incluant celles faites en janvier ou février de l’année en cours qui n’ont pas servi à réduire le revenu de l’année antérieure.


Le montant que vous pourriez cotiser à votre REER pour l’année qui commence correspond à A - B. Toutefois, une cotisation excédentaire ne dépassant pas 2 000 $ n’entraînerait pas de pénalité.


États de compte du Régime d’accession à la propriété (RAP) et du Régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP). Ces deux tableaux vous permettent de connaître le montant total à rembourser à votre REER en lien avec ces programmes, ainsi que votre obligation de remboursement pour l’année qui commence.


Une personne qui a des cotisations REER excédentaires et un solde RAP ou REEP positif pourrait attribuer l’excédent de ses cotisations REER à son solde RAP ou REEP pour éviter les pénalités pour cotisation excédentaires.


Avis de cotisation du Québec


En plus des données relatives à la déclaration de revenus que vous avez produite et d’éventuels changements que le fisc aurait apportés à votre déclaration, la rubrique « Renseignements supplémentaires » vous avise de certains soldes fiscaux, comme un éventuel solde de pertes en capital nettes.


Il est fréquent qu’un étudiant n’ait pas suffisamment de revenus pour profiter pleinement du crédit d’impôt pour ses frais de scolarité. Dans ce cas, il est parfois possible de transférer tout ou une partie du crédit d’impôt à ses parents ou grands-parents, mais seulement l’année où les frais de scolarités sont payés. Le montant qui reste est reportable et l’étudiant pourra demander le crédit plus tard, lorsqu’il aura suffisamment de revenus. Ce montant inutilisé se retrouve aussi dans la rubrique « Renseignements supplémentaires » de l’avis de cotisation du Québec.


Conserver vos documents et pièces justificatives


Généralement, les contribuables qui sont des particuliers doivent conserver leurs pièces justificatives pendant sept ans.


* Ce délai de prescription ne s’applique pas, selon le s.-al. 152(4)a)(ii) de la Loi de l’impôt sur le revenu, lorsque « a) le contribuable ou la personne produisant la déclaration fait une présentation erronée des faits, par négligence, inattention ou omission volontaire, ou a commis quelque fraude en produisant la déclaration ou en fournissant quelque renseignement […] »


** La pénalité correspond, pour chaque mois où l’excédent persiste, à : 1 % (excédent – 2 000 $).


 


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

15/02/2019 | Daniel Germain

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

15/02/2019 | Daniel Germain

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.

À la une

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour à 15:09 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Février 2003: une entrevue avec Gérard Filion, «l'homme du siècle»

#90ansenaffaires | Le 17 février 2003, notre journaliste François Normand publiait une rare entrevue avec lui.

Saputo: les actionnaires se prononceront sur la rémunération de la haute direction

Ce changement d’orientation concerne le vote consultatif, une mesure non contraignante.