Les garderies à 7$: un cadeau de 200M$...à Ottawa

Publié le 16/08/2012 à 09:55, mis à jour le 16/08/2012 à 10:41

Les garderies à 7$: un cadeau de 200M$...à Ottawa

Publié le 16/08/2012 à 09:55, mis à jour le 16/08/2012 à 10:41

Par Dominique Froment

L'approche proposée serait bénéfique pour les familles à faible revenu, fait valoir le professeur. Photo : LesAffaires.com

Le système de garderies à 7 $ fait perdre 200M$ par année aux familles québécoises, au profit d’Ottawa. C’est ce que soutient Jean-Yves Duclos, professeur au Département d’économique de l’Université Laval.


«Passer du système actuel à un système de remboursement proportionnel aux frais de gardes totaux permettrait d’augmenter le revenu après impôts des familles québécoises d’un montant moyen de 1000 $ par enfant en garderies subventionnées et cela, sans qu’il n’en coûte rien au gouvernement du Québec», estime M. Duclos.


Lisez: La vérité sur les frais de garde d'enfants


«Le système de financement des services de garde au Québec fait perdre annuellement près de 200 millions de dollars aux familles québécoises parce qu’il permet aux parents de déduire de leur revenu imposable au fédéral seulement 7 $ par jour, et non le coût total et réel de la garde de leurs enfants, qui se situe entre 30 $ et 55 $ par jour», explique M. Duclos. À son avis, il estime qu’il serait simple de corriger la situation.


Au lieu d’une facture affichant un tarif qui ne reflète pas le vrai coût de la garde des enfants, la facture remise aux parents indiquerait le coût réel des frais de garde. Une proportion de ces frais de garde leur serait rapidement remboursée, en élargissant le crédit d’impôt provincial (dont le taux varie entre 26% et 75%) aux frais des garderies.


Les mérites de cette approche, page 2


À suivre dans cette section

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

Mis à jour le 26/11/2014 | La Presse Canadienne

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Immobilier: l'accessibilité à la propriété à son mieux en quatre ans au Québec

26/11/2014 | lesaffaires.com

Le segment des copropriétés a connu l'amélioration la plus marquée, en raison de l'abondance de l'offre.

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

26/11/2014 | Denis Lalonde

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier à Montréal, ce qui n'empêchera pas les prix de progresser d'ici 2016.