Hausse d'impôt anticipée: les particuliers nerveux

Publié le 24/09/2012 à 14:08, mis à jour le 24/09/2012 à 14:24

Hausse d'impôt anticipée: les particuliers nerveux

Publié le 24/09/2012 à 14:08, mis à jour le 24/09/2012 à 14:24

Par Guillaume Poulin-Goyer

L'anticipation de hausses d'impôt par le Parti québécois (PQ) inquiète les particuliers qui tireront un revenu supérieur à 130 000 $.


Les particuliers cherchent actuellement des stratégies afin d'éviter d'être frappés par ces hausses qui pourraient toucher le revenu de dividende, de gain en capital, selon Pierre Jones, comptable agréé et associé en fiscalité chez Raymond Chabot Grant Thornton : «C'est sûr que c'est une question qu'on se fait poser par les clients de ces temps-ci», a-t-il dit en entrevue vendredi à Finance et Investissement.


Dans sa plateforme électorale, le PQ souhaitait imposer davantage les gens dont le revenu de travail dépasse 130 000 $, réduire de moitié le crédit d'impôt sur dividende et diviser par deux les déductions fiscales applicables aux gains en capital.


Samedi, le quotidien Le Soleil révélait que le gouvernement du PQ envisageait même une hausse rétroactive d'impôts pour l'année d'imposition 2012. La directrice des communications de Pauline Marois, Shirley Bishop, a laissé entendre que le PQ prévoit cette hausse afin de compenser pour les cinq millions de personnes qui ne paieront pas la taxe santé de 200 $, que le PQ a décidé d'annuler.


Selon la plateforme du PQ, le taux d'imposition provincial de la tranche de revenus de 130 000 $ à 250 000 $ passerait de 24 à 28 %. Le taux d'imposition pour les revenus excédant 250 000 $ passerait de 24 à 31 %.


Des transactions devancées?


À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Une première émission d'obligations en yuan hors de Chine

09/10/2014

Le Royaume-Uni réalise une première mondiale avec cette émission.

Investissement: les femmes moins confiantes que les hommes

16/09/2014 | Finance et Investissement

Les femmes doutent plus que les hommes lorsque vient le temps d'investir, soutient un sondage.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.