É.-U. : hausses d'impôts en vue pour les riches

Publié le 08/09/2009 à 09:30

É.-U. : hausses d'impôts en vue pour les riches

Publié le 08/09/2009 à 09:30

Par La Presse Canadienne

Bloomberg

Les Américains les plus riches vont peut-être devoir payer plus d'impôts. Après avoir bénéficié de réductions fiscales sous George W. Bush, ils pourraient bientôt être mis davantage à contribution afin de financer des baisses d'impôts pour les classes moyennes et populaires, ainsi que la réforme du système de santé.


Le président Barack Obama veut augmenter l'impôt des plus riches pour financer des baisses d'impôts pour tous les autres. Il souhaite également plafonner les déductions fiscales des familles à hauts revenus pour les emprunts immobiliers et les dons aux associations caritatives, afin de fournir une couverture médicale à davantage d'Américains. Les démocrates de la Chambres des représentants veulent une hausse encore plus forte de l'impôt sur le revenu pour les riches afin de financer la réforme de l'assurance-santé.

Avec ces divers projets, une famille de quatre enfants avec des revenus de cinq millions de dollars américains par an verrait son impôt sur le revenu augmenter de 440.000 dollars américains. Pour la même famille, mais avec un revenu annuel de 800.000 dollars américains, la hausse serait de 30.000, selon une analyse de la société de services financiers Deloitte Tax.

Taxer les riches pour financer l'assurance-santé représenterait un changement important dans la manière dont les Etats-Unis ont financé jusqu'ici leurs programmes de protection sociale. Le régime des retraites (Social Security) et le programme d'assurance-santé pour les personnes âgées (Medicare) sont financés par des cotisations sur les salaires. Même si les riches paient davantage par ce biais, l'effort est partagé avec les classes moyennes et même avec les travailleurs pauvres.

En revanche, le projet de réforme de l'assurance-santé examiné à la Chambre des représentants conduirait à augmenter de 544 milliards de dollars américains sur dix ans les impôts payés par seulement 1,2% des ménages: ceux qui déclarent un revenu supérieur à 350.000 dollars américains par an.

Le texte imposerait une "surtaxe" de 5,4% sur l'impôt sur le revenu pour les couples gagnant plus d'un million de dollars américains par an à partir de 2011. Ceux gagnant plus de 350.000 dollars américains s'acquitteraient d'une surtaxe de 1%, et ceux gagnant plus de 500.000 dollars américains, d'une surtaxe de 1,5%.

Pour les "super riches", comme un célibataire déclarant cinq millions de dollars par an, l'augmentation serait de 450.000 dollars américains par an, selon l'analyse de Deloitte. Mais pour la plupart des riches contribuables concernés, la "surtaxe" serait beaucoup plus faible, assurent les démocrates.

"Cela concerne franchement de toutes petites sommes pour l'immense majorité des personnes qui la paieront", explique le représentant démocrate de l'Alabama Artur Davis. Certains démocrates souhaitent toutefois relever les seuils de revenus à partir desquels les hausses d'impôts s'appliqueraient.

La tranche d'imposition la plus élevée est aujourd'hui de 35%, et s'applique sur les revenus supérieurs à 372.950 dollars américains. Barack Obama veut la porter à 39,6% en 2011 en laissant expirer une partie des baisses d'impôts décidées sous la présidence Bush. La "surtaxe" proposée par les élus démocrates de la Chambre la ferait passer à 45%, soit son niveau le plus élevé depuis 1986, où elle était alors de 50%.

Barack Obama présente souvent les riches comme les grands gagnants de l'ère Bush, soulignant que leurs impôts ont baissé alors que leurs revenus se sont envolés durant la présidence de son prédécesseur républicain. "Je pense que la meilleure manière de financer (l'assurance-santé) est que les personnes comme moi, qui ont beaucoup de chance, payent un petit peu plus", a-t-il expliqué récemment.

Sous Bush, les impôts des classes moyennes et populaires ont également baissé, mais leurs revenus n'ont pas augmenté dans les mêmes proportions que ceux des riches. Reste qu'aujourd'hui, les tranches d'imposition pour les bas et moyens revenus sont à leurs niveaux les plus bas, ou presque, depuis 30 ans.

Cette année, 47% des Américains déclarant leurs revenus ne paieront aucun impôt fédéral sur le revenu, y compris certaines familles gagnant jusqu'à 50.000 dollars américains par an, selon des projections.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

L'économie américaine donne des signes mitigés, la Fed aussi

15/11/2018 | AFP

Les Américains consomment, mais en amont, l’activité manufacturière semble montrer des signes d’essoufflement.

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.

OPINION C'est la 18e édition du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec
Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires
Danielle Danault: une réussite à toute allure
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Caroline Desautels: se renouveler sans cesse
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

20/11/2018 | Stéphane Rolland

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

20/11/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

20/11/2018 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.