Le guide définitif du pourboire

Offert par Les affaires plus

Publié le 07/05/2014 à 14:05

Le guide définitif du pourboire

Offert par Les affaires plus

Publié le 07/05/2014 à 14:05

Par Didier Bert

Doit-on laisser un pourboire ? Et combien ? Parce que personne n'aime ce petit sentiment d'angoisse ressenti quand la question se pose... Voici le guide définitif du pourboire !


Pourquoi ?


Le pourboire récompense la qualité d'un service. Mais pas seulement. C'est aussi un complément de revenu dans les métiers à pourboire comme la restauration, où le salaire minimum est moindre que dans d'autres domaines (8,75 dollars, par rapport à 10,15 dollars). D'ailleurs, les employeurs du secteur de la restauration sont tenus de déclarer à Revenu Québec que leurs employés ont reçu un montant de pourboires au moins égal à 8 % des ventes. L'administration fiscale utilise ce pourcentage pour relever le revenu fiscal des employés. Si vous ne donnez pas de pourboire, l'employé sera donc taxé sur une somme qu'il n'a pas perçue. 


Pour le meilleur et pour le pire


Le montant du pourboire devrait varier selon votre degré de satisfaction.


Si le service a été exécrable, vous pourriez vous abstenir d'en verser un. Mais ne serait-il pas plus judicieux de laisser un minimum, ne serait-ce que par courtoisie ? Dans tous les cas, il vaut mieux accompagner votre refus d'une explication à l'employé. Celui-ci devrait tenir compte de vos commentaires... soit pour améliorer sa prestation, soit pour changer d'orientation professionnelle !


À l'inverse, si vous avez bénéficié d'un service exceptionnel, n'hésitez pas à en majorer le montant. Cela rémunérera l'employé pour une prestation à laquelle vous ne vous attendiez pas nécessairement. Cela l'encouragera aussi à persévérer dans l'excellence.


Pour bien calculer


Quand le pourboire est exprimé en pourcentage d'une facture, basez-vous sur le montant de l'addition avant taxes.


Les employés à pourboire


La Commission des normes du travail définit les commerces où le salaire minimum est moindre, compte tenu de la perspective quasi certaine de recevoir ce complément de revenu.


C'est le cas dans les restaurants avec service aux tables, où le client laisse habituellement 15 % du montant de la note avant les taxes, mais en incluant le prix de l'alcool. Si vous avez apporté votre vin, ajoutez deux dollars par bouteille ouverte. Pour un repas d'affaires, vous pouvez donner 20 % de la facture.


Le livreur de pizza ou de tout autre repas livré à domicile s'attend à recevoir 10 % du montant de la commande.


Le barman devrait recevoir au moins un dollar par consommation. Si la commande est importante, calculez 15 % du montant total.


Dans un hôtel, le bagagiste reçoit souvent un dollar par valise. La femme de chambre peut compter sur la même somme pour chaque nuitée. La somme doit être déposée dans une enveloppe à son attention, sinon l'hôtel pourrait lui interdire de la garder. Comptez également un dollar pour les autres employés à votre service, comme les préposés au stationnement. Dans un camping, des services comparables devraient également être gratifiés d'un pourboire.


Rien pour eux !


Si le service vous est donné directement par le propriétaire du commerce, vous n'êtes pas tenu de lui laisser un sou. En effet, son revenu découle directement du montant des factures.


Vous n'avez rien à donner dans les établissements de restauration rapide, à moins d'avoir bénéficié d'un service absolument exceptionnel au comptoir.


Même si vous êtes extrêmement satisfait du contrôle fiscal qu'il vient de vous faire subir, mieux vaut éviter de donner un pourboire à l'inspecteur des impôts... Ce geste pourrait être considéré comme une tentative de corruption ou une insulte... et cela risquerait de vous coûter encore plus cher. L'ouvreur au théâtre ne s'attend pas à recevoir un pourboire. Pas plus que les livreurs de fleurs ou de meubles. Le maître d'hôtel, le portier et le sommelier non plus.


Pour les autres


Dans certains métiers qui ne sont pas officiellement à pourboire, la qualité du service a une influence directe sur la satisfaction du client. Sachez récompenser les bons services par un pourboire adéquat... mais gardez votre argent pour vous s'ils sont médiocres.


Les experts des soins personnels : coiffeur, manucure, esthéticienne, massothérapeute, employés de spas... Il ne suffit pas de souffrir pour être belle et en forme, il faut aussi être généreuse ! Laissez de 5 à 10 % de la facture à la personne qui vous a bien soignée.


Le chauffeur de taxi Il est d'usage de laisser 10 % du prix de la course. Ajoutez un dollar pour chaque valise qu'il aura portée. Là encore, le montant peut varier : à la baisse s'il s'est perdu en chemin, à la hausse s'il a trouvé un raccourci qui vous a évité un retard.


Le livreur d'épicerie Le soin apporté à votre commande alimentaire mérite un dollar par livraison... à domicile ou dans le coffre de votre automobile.


Le déménageur Un billet de 20 dollars est tout indiqué comme récompense pour les efforts déployés pour préserver vos meubles de famille et toutes vos boîtes. Quand le déménagement est complexe, envisagez un pourboire de 10 % du coût total.


Le pompiste Comme le service est en voie de disparition dans les stations-services, le pourboire a suivi la même évolution. Mais il arrive qu'un employé se propose pour remplir votre réservoir. Un dollar serait alors le bienvenu... à moins que le service ne soit compris dans le prix de l'essence. Le nettoyage du pare-brise est habituellement récompensé par 50 cents.


Le camelot En fin d'année, il n'hésitera pas à vous laisser une enveloppe pour ses étrennes. Votre journal atterrit-il plus souvent dans vos massifs de fleurs que sur votre palier ? Tenez-en compte !


Le préposé au vestiaire Si le vestiaire est gratuit, vous pouvez laisser une pièce. S'il est payant, le service est compris dans le tarif. 


Et en voyage ?


Dans les pays qui pratiquent le pourboire, offrez un dollar au bagagiste de l'aéroport et dix dollars par jour au guide touristique qui vous a accompagné. En croisière, laissez une enveloppe dans votre cabine avec 10 % du prix de la croisière : les employés se partageront la somme.


Aux États-Unis et au Mexique : les pratiques sont similaires à celles qui sont en vigueur au Canada.


En Amérique du Sud : souvent 10 % de la note de restaurant.


En France, en Italie et en Espagne : le service est toujours compris dans la facture. Cependant, l'usage veut que le client arrondisse la somme quand il est satisfait.


Au Japon et en Corée du Sud : rien. C'est une insulte !


En Chine : rien. On pourrait vous en vouloir si vous proposez un pourboire. Les chauffeurs de taxi les refusent.


En Russie : le pourboire y est aussi courant qu'en Amérique du Nord.


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

À la une

Sauver Bombardier grâce au métro est une hypothèse intéressante selon Couillard

Le sauvetage de l'usine Bombardier de La Pocatière grâce au métro de Montréal est une ...

Le Port de Sept-Îles, bientôt dans la cour des grands

BLOGUE. Surveillez bien Sept-Îles dans les mois à venir. Et plus particulièrement son port qui aspire ...

La quintessence du cliché français fête ses 30 ans

Pour l'occasion, l'édition parisienne du Dîner en Blanc accueillera 10 000 convives de partout dans le monde