Devenir un pro du coupon à l'ère numérique

Offert par Les affaires plus


Édition de Mai 2018

Devenir un pro du coupon à l'ère numérique

Offert par Les affaires plus


Édition de Mai 2018

Par Didier Bert

Le bon vieux coupon papier a été détrôné par les applications mobiles. Pour dénicher les réductions, aujourd’hui, il vous faut regarder sur votre téléphone intelligent.


En sept petites années, Lili Marchand a vu changer la pratique du couponnage. À l’époque, elle avait lancé le site OnMagasine.ca, où elle diffusait les coupons émis par les marques. « J’avais vu des émissions de télévision sur Extreme Couponing aux États-Unis, explique-t-elle. Mais ce qui m’intéressait, c’était de montrer aux gens qu’ils pouvaient avoir le contrôle sur leurs dépenses. »


C’est qu’à l’époque, vous deviez consacrer du temps pour trouver les coupons qui vous intéressaient. À ses débuts, Lili Marchand passait « de 12 à 14 heures par jour » à chercher des coupons valides au Québec, et à les indiquer aux visiteurs de son site. « C’est devenu mon activité professionnelle à temps plein », dit-elle. Son activité consistait à faire le tour des circulaires à votre place, pour vous faire gagner du temps tout en profitant des aubaines.


C’était le bon temps du couponnage papier, quand vous pouviez vous demander ce qui poussait les détaillants et les fabricants à offrir de si grosses réductions sur leurs prix. « On pouvait trouver des poitrines de poulet à 25 cents l’unité », souligne la championne couponneuse.


« Quand une entreprise donne un coupon, c’est pour pousser un acte d’achat à court terme, explique Francine Rodier, professeure au Département de marketing de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM. Mais elle ne peut pas le faire de manière trop fréquente, sinon elle habitue le consommateur à payer moins cher. »


Cette stratégie est utile pour vous faire connaître un produit nouveau sur le marché, ou pour mettre la marque en évidence durant une période ciblée, poursuit la professeure.


Avec l’Internet mobile, le couponnage prend moins de temps. Les technologies ont permis aux détaillants et aux fabri- cants d’affiner leur offre de rabais, souvent plus avantageuse pour les consom- mateurs. « Aujourd’hui la tendance est à la personnalisation des coupons », affirme Alain Tadros, vice-président marketing chez Metro.


L’épicier utilise les renseignements fournis par ses clients sur son épicerie en ligne Metro.ca et auprès des détenteurs de la carte de membre Metro&moi. Il peut alors envoyer des coupons correspondant à vos habitudes d’achat, et aux besoins typiques de son profil de consommateur. Facebook n'a pas inventé le ciblage publicitaire.


Avez-vous des enfants ? En l’indiquant, vous obtenez des coupons adaptés à leur âge ou aux événements tels que la rentrée scolaire. Êtes-vous végétarien ? Vous pourriez recevoir des rabais ciblés, évitant les offres sur les côtes levées. Plus le consommateur est exhaustif en remplissant les formulaires d’inscription aux programmes des détaillants, plus il pourra recevoir des coupons utiles.


Vous n’avez pas de carte de fidélité de l’enseigne où vous magasinez ? Jetez un coup d’œil aux reçus de caisse ! Le détaillant est en mesure de vous soumettre des coupons personnalisés dès l’impression du reçu. C’est ce qui se produit quand un employé de caisse vous tend un coupon imprimé avec votre facture. En tenant compte des achats que vous venez de payer, le système informatique peut proposer un coupon de réduction sur des produits comparables ou complémentaires.


À la recherche du ciblage


Le portrait du pro du couponnage a bien changé. Il y a dix ans, il déambulait dans les allées des magasins avec une liasse de coupons dans la main. Aujourd’hui, il a le nez rivé sur son portable, où sa liste d’épicerie est préenregistrée en fonction des réductions offertes.


En effet, des entreprises ont adapté le concept de l’agrégation de coupons aux supports numériques mobiles. L’intérêt des consommateurs pour les prix réduits a attiré d’autres joueurs que les fabricants et les détaillants dans l’arène du couponnage. Des entreprises ont ainsi développé de nouveaux services pour apporter les réductions aux consommateurs (en se rémunérant au passage). On trouve désormais des applications mobiles plus évoluées qu’une simple centralisation des réductions.


Comme le site de Lili Marchand, leur objectif est de vous éviter de passer des heures à parcourir les circulaires à la recherche des coupons qui vous intéressent. De plus, ces applications vous permettent de personnaliser vos recherches de bonnes affaires. Certaines applications mobiles, comme Reebee, vous permettent d’emporter les circulaires de plusieurs enseignes dans votre poche. Mais pas seulement ! Saisissez « concombre » et vous obtenez les meilleurs prix de la semaine pour ce produit. Vous n’avez plus qu’à cliquer sur votre choix pour l’ajouter à votre liste d’épicerie.


Groupe Amik, une entreprise de Québec, a investi ce marché avec son offre Amikash, qui propose des remises en argent et des coupons à ses membres quand ils achètent des produits en ligne auprès de ses partenaires. « Les marchands en ligne nous contactent pour atteindre nos membres, qui sont des consomma-teurs que nous avons ciblés », explique Geneviève Faucher, vice-présidente développement des affaires chez Groupe Amik. Quand Groupe Amik négocie un rabais avec une enseigne, elle se rémunère en conservant une part de la remise. Par exemple, pour un rabais ou une remise en argent de 10 % utilisé par un consommateur, Groupe Amik peut obtenir une rémunération équivalente à la moitié de l’avantage, soit ici 5 % du prix du produit.


L’entreprise revendique 100 000 membres au Québec, ce qui lui permet d’attirer les marchands en ligne en jouant sur la force du nombre. Les membres ont accès à des réductions négociées spécifiquement pour eux, adaptées à leurs habitudes d’achat.


Mais les détaillants n’ont pas pour autant renoncé complètement à diffuser des circulaires papier… « On pourrait croire que le coupon est moins utilisé, mais ce n’est pas le cas… parce qu’on aime ça ! assure Francine Rodier. C’est une façon de troquer un peu de son temps contre des prix réduits. »



Les applications pour économiser


Amikash, ebates.ca : ces applications vous offrent une remise en argent sur vos achats en ligne auprès de certains détaillants. La plupart des remises sont comprises entre 1 % et 7 % du prix des produits, mais certaines peuvent dépasser 10 %. 


Reebee : choisissez l’article que vous souhaitez acheter (par exemple : concombres), et Reebee vous indique les réductions en vigueur.


Flipp : comme sur le papier, sélectionnez les coupons sur une circulaire virtuelle.


Échantillons et rabais Québec : cette application propose des réductions, des concours et des échantillons. Elle indique même les offres publiées sur d’autres applications numériques.


Save.ca, Zweet, Checkout 51 : ces applications vous indiquent des réductions offertes. Vous prenez en photo votre reçu de caisse, et vous obtenez un montant d’argent… récupérable dès que le total atteint 20 dollars, sauf Save.ca, qui l’autorise dès 5 dollars.

À suivre dans cette section

La planète est mon bureau
Édition de Novembre 2018 | Simon Diotte

image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À quand le virage numérique complet pour Cogeco?

01/11/2018 | Julien Arsenault, PC

Ce processus ne s’est pas déroulé sans anicroche, allant même jusqu’à avoir une incidence sur sa performance financière.

Sail veut étendre sa présence dans les régions

19/10/2018 | Martin Jolicoeur

Sail a développé un nouveau concept à l'intention des régions. Une stratégie qui pourrait gonfler ses ventes en ligne.

À la une

En quoi #MoiAussi concerne aussi les conseils d’administration

BLOGUE INVITÉ. Voici des actions concrètes que les CA de PME peuvent poser pour gérer les risques de harcèlement.

Anfibio chausse une nouvelle génération

13:57 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Cinquante ans après sa création, la PME ouvrira son premier atelier-boutique.

Le prix des propriétés multirésidentielles en hausse en 2018

13/11/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses des prix médians des propriétés multirésidentielles dépassent celles des unifamiliales.