Comment les célibataires dépensent-ils leur argent ?

Publié le 08/02/2011 à 10:44, mis à jour le 08/10/2013 à 07:44

Comment les célibataires dépensent-ils leur argent ?

Publié le 08/02/2011 à 10:44, mis à jour le 08/10/2013 à 07:44

Par Olivier Schmouker

La vision de la vie n'est vraiment pas la même. Photo : DR.

Au Québec, 1 ménage sur 3 (33,6%) est composé d’une personne seule. Cette situation concerne nettement plus les femmes (56%) que les hommes (44%). La majorité des personnes vivant seules disposent d’un revenu total brut de moins de 35 000 dollars, selon l’Institut de la statistique du Québec. Fait intéressant, les femmes et les hommes ne dépensent pas leur argent de la même manière…


Ainsi, les célibataires consacrent la moitié de leur budget aux trois principaux postes de dépenses courantes : le logement, l’alimentation et le transport. Ceux-ci accaparent 53% du budget des femmes et près de 48% de celui des hommes.


Les femmes consacrent une part de leur budget plus grande que celle des hommes pour le logement (28% pour elles, 22% pour eux). Mais cette différence s’explique surtout par le fait que les femmes seules ont généralement un revenu inférieur à celui des hommes seuls. Cela étant, le point important à souligner est que, selon l’indicateur d’accessibilité financière au logement défini par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), un ménage qui dépense 30% ou plus de son revenu total en logement (loyer, versements hypothécaires, frais de copropriété, électricité, etc.) présente un «risque élevé» d’être en mauvaise posture financière…


La voiture avant la nourriture, pour les hommes


La différence entre les femmes et les hommes commence à se faire vraiment sentir quand il s’agit de l’alimentation. Ce poste représente 14% du budget des femmes vivant seules, et 12% de celui des hommes, ces derniers consacrant le quart de ce budget en repas au restaurant (contre moins du cinquième pour les femmes).


Enfin, les hommes dédient 14% de leurs dépenses en transport – plus que l’alimentation ! -, alors que les femmes, un peu moins de 11%. Dans la grande majorité des cas (77%), les hommes disposent d’une voiture. Pour les femmes, le pourcentage tombe à 63%.


En ce qui concerne les autres dépenses, les différences sont encore plus flagrantes. Par exemple, les femmes seules dépensent deux fois plus des soins de santé et près de trois plus pour des soins personnels que les hommes.


Autres exemples : les hommes seuls attribuent une part de leur revenu deux fois plus grande à la consommation de tabac et d’alcool que les femmes ; les parts pour l’entretien ménager et les vêtements sont légèrement supérieures ches les femmes ; chez les hommes, les loisirs occupent une place un peu plus grande du budget (5% contre 4%).


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Noël zen: 10 façons d'économiser argent, temps... et soucis

Édition de Novembre 2017 | Claudine Hébert

Épuisé physiquement et financièrement après les fêtes ? Petits conseils pour vous ...

Ce graphique montre l'impact des taux sur le budget des Canadiens

25/10/2017 | Stéphane Rolland

Les consommateurs canadiens auront moins d’argent dans leur poche.

À la une

Divulguer le salaire des dirigeants: bonne ou mauvaise idée?

19/11/2017 | Jean-François Venne

Les incompréhensions entourant les salaires peuvent créer de fortes tensions dans une entreprise.

La Chine veut détrôner le dollar américain avec le pétroyuan

18/11/2017 | François Normand

ANALYSE. Le projet de la Chine a le potentiel de créer un mouvement de plaques tectoniques financier dans le monde.

Theratechnologies, le point de bascule en 2018

En dépit d’un délai de trois mois dans l’approbation de son médicament, le décollage des ventes est pour 2018.