Comment les célibataires dépensent-ils leur argent ?

Publié le 08/02/2011 à 10:44, mis à jour le 08/10/2013 à 07:44

Comment les célibataires dépensent-ils leur argent ?

Publié le 08/02/2011 à 10:44, mis à jour le 08/10/2013 à 07:44

Par Olivier Schmouker

La vision de la vie n'est vraiment pas la même. Photo : DR.

Au Québec, 1 ménage sur 3 (33,6%) est composé d’une personne seule. Cette situation concerne nettement plus les femmes (56%) que les hommes (44%). La majorité des personnes vivant seules disposent d’un revenu total brut de moins de 35 000 dollars, selon l’Institut de la statistique du Québec. Fait intéressant, les femmes et les hommes ne dépensent pas leur argent de la même manière…


Ainsi, les célibataires consacrent la moitié de leur budget aux trois principaux postes de dépenses courantes : le logement, l’alimentation et le transport. Ceux-ci accaparent 53% du budget des femmes et près de 48% de celui des hommes.


Les femmes consacrent une part de leur budget plus grande que celle des hommes pour le logement (28% pour elles, 22% pour eux). Mais cette différence s’explique surtout par le fait que les femmes seules ont généralement un revenu inférieur à celui des hommes seuls. Cela étant, le point important à souligner est que, selon l’indicateur d’accessibilité financière au logement défini par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), un ménage qui dépense 30% ou plus de son revenu total en logement (loyer, versements hypothécaires, frais de copropriété, électricité, etc.) présente un «risque élevé» d’être en mauvaise posture financière…


La voiture avant la nourriture, pour les hommes


La différence entre les femmes et les hommes commence à se faire vraiment sentir quand il s’agit de l’alimentation. Ce poste représente 14% du budget des femmes vivant seules, et 12% de celui des hommes, ces derniers consacrant le quart de ce budget en repas au restaurant (contre moins du cinquième pour les femmes).


Enfin, les hommes dédient 14% de leurs dépenses en transport – plus que l’alimentation ! -, alors que les femmes, un peu moins de 11%. Dans la grande majorité des cas (77%), les hommes disposent d’une voiture. Pour les femmes, le pourcentage tombe à 63%.


En ce qui concerne les autres dépenses, les différences sont encore plus flagrantes. Par exemple, les femmes seules dépensent deux fois plus des soins de santé et près de trois plus pour des soins personnels que les hommes.


Autres exemples : les hommes seuls attribuent une part de leur revenu deux fois plus grande à la consommation de tabac et d’alcool que les femmes ; les parts pour l’entretien ménager et les vêtements sont légèrement supérieures ches les femmes ; chez les hommes, les loisirs occupent une place un peu plus grande du budget (5% contre 4%).


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Saputo bientôt plus important producteur laitier d'Australie

04/04/2018 | Julien Arsenault, PC

Saputo a franchi une autre étape afin de mettre la main sur Murray Goulburn, le plus important producteur ...

Un marché plus que verdoyant

Édition du 24 Mars 2018 | Simon Lord

Le cannabis devrait être légal cet été. De quoi aura l'air le marché ? Comment se structurera l'industrie, et ...

À la une

Vidéo: trois titres boursiers insensibles aux hausses de taux d'intérêt

21/04/2018 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Steve Bélisle fait le point sur les titres de Diageo, ServiceMaster et Marsh & McLennan.

Le lobby ukrainien à Ottawa nuit-il au commerce avec la Russie?

21/04/2018 | François Normand

ANALYSE - La politique étrangère du Canada est déjà sous influence, selon des spécialistes. Le commerce est-il à risque?

«Les géants de la Silicon Valley nuisent à l'innovation»

21/04/2018 | Diane Bérard

ENTREVUE. Nicholas Thompson, rédacteur en chef du magazine Wired, dépeint la Silicon Valley et ses contradictions.