Comment compenser vos émissions de CO2

Publié le 10/07/2017 à 09:00, mis à jour le 10/07/2017 à 11:22

Comment compenser vos émissions de CO2

Publié le 10/07/2017 à 09:00, mis à jour le 10/07/2017 à 11:22

Photo: 123rf.com

Vous voyagez continuellement en avion, en ayant comme résidence secondaire tous les Hilton de la terre –comme le dit la chanson–, et pour cette raison, vous émettez beaucoup trop de gaz à effet de serre. La plantation d’arbres peut compenser vos émissions.


Lors d’un voyage Montréal-Paris en avion, vous effectuez une distance de 11000 km, émettant 1,33 tonne de CO2. Afin de compenser cette pollution, vous devez planter huit arbres. Pas facile de le faire lorsque vous habitez en ville. Toutefois, des organismes vous offrent, en échange d’une contribution, de planter des arbres en votre nom, permettant ainsi de séquestrer vos émissions de carbone.


C’est le cas de Compensation Co2 Québec, une filiale d’Aménagement forestier coopératif des Appalaches, qui réunit 700 propriétaires fonciers principalement situés en Estrie.


«Les contributions, qui sont de 4$ par arbre, nous aident à reconstituer des forêts là où il n’y en avait plus, comme sur des friches agricoles envahies par des plantes herbacées. L’avantage d’une forêt de plantation, c’est qu’elle sera plus productive en matière de séquestration de carbone qu’une forêt naturelle», explique Manon Ayotte, ingénieure forestière chez Compensation Co2 Québec.


Une bonne idée, la plantation d’arbres?


Oui, absolument, explique Karel Mayrand, directeur général pour le Québec à la Fondation David Suzuki. Cet écologiste rêve que dans le futur, les gens penseraient à compenser leurs émissions de CO2 aussi automatiquement qu’ils pensent à faire le tri des matières recyclables. «Ce n’est pas une question de se donner bonne conscience, mais bel et bien de réduire les GES. On ne doit pas voir ça comme un don, mais comme un financement», explique-t-il.


Dans le secteur de la compensation de CO2, il existe des certifications internationales, sauf qu’elles se concentrent sur les mesures axées sur le développement d’énergie propre et ne touchent pas la plantation d’arbres. Donc, avant de contribuer à n’importe quel fournisseur, on doit mesurer sa crédibilité.


«Il y a eu quelques profiteurs dans ce domaine qui s’en sont mis plein les poches», affirme Claude Villeneuve, directeur de la Chaire en éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi, aussi responsable du projet Carbone Boréal, à la fois un programme de compensation de GES par plantation d’arbres dans le nord du Québec et un projet de recherche universitaire.


Pour que le projet soit crédible, plusieurs critères doivent être considérés. «L’aspect le plus important, c’est le principe d’additionnalité. Sans ma contribution, cette réduction de GES ne pourrait avoir lieu. Sinon, ça n’a pas vraiment de valeur», explique Karel Mayrand. Ensuite, chaque fournisseur doit posséder un registre des plantations.


«Cette réduction de CO2 doit vous appartenir. Elle ne peut être revendue à plusieurs personnes», affirme M. Mayrand.


Le fournisseur doit aussi garantir la pérennité de la forêt. «Il doit aussi prévoir des mesures pour compenser les pertes, comme les mortalités naturelles, à long terme», dit Claude Villeneuve. Par exemple, chez Carbone Boréal, on plante 25% plus arbres pour compenser les pertes par feu de forêt ou autre.


Sur les sites des fournisseurs, on met à la disposition des utilisateurs des outils avant de calculer vos émissions de GES. À vous ensuite de passer à l’action!


www.compensationco2.ca


carboneboreal.uqac.ca


 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

À la une

Retraite: le fédéral plus généreux envers lers immigrants récents?

Mis à jour il y a 39 minutes | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. Les immigrants reçoivent un Supplément de revenu supérieur aux Canadiens de longue date.

Copiez votre routine matinale sur celle du patron de Twitter

22/02/2018 | Charles Desgroseilliers

VIDÉO. Quatre simples petites étapes pour bien commencer la journée.

Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

22/02/2018 | François Normand

«C’est notre tâche de l’amener à un niveau acceptable, et c’est l’année pour le faire», dit Matt Manson.